Archives de la catégorie Astrologie dans l’antiquité

Environnement historique et social dans l’Antiquité


   _______________   Environnement historique dans l’Antiquité  ________________

_______________________________________________________________

       

Calendrier Solaire Qumram
Calendrier Solaire de Qumram

 
Environ 4000 avant J.C. à 500 après J.C.
 
Entre quelles dates frontières peut-on enfermer une culture ou son origine ? Où en fixer le début et la fin ? La chute de l’Empire romain elle-même ne fait pas l’unanimité pour en marquer le terme. Les dates se partagent entre 378 après J.-C. (désastre romain à Andrinople, face aux Goths), 395 (mort de Théodose et division de l’Empire romain en deux parties), 410, plus généralement admise (prise et sac de Rome par Alaric), 415 (fondation du royaume wisigoth de Toulouse), ou 476 (déposition du dernier empereur d’Occident, Romulus, dit Augustule, par Odoacre, date qui marque l’écroulement définitif de l’Empire romain).

L’Antiquité, qui est concept culturel, devrait avoir des frontières culturelles, des événements qui symbolisent le passage d’une conception de l’homme à une autre. C’est sur ce point que se creuse le fossé entre les sociétés antiques proprement dites, qui ont une idée de l’homme, et celles, archaïques, qui les précèdent ou les côtoient, où une telle pensée est absente.

 
Source autorisée


L’astrologie dans son contexte historique

Jean Sylvain Bailly (1736-1793)

Histoire de l’astronomie ancienne, depuis son origine jusqu’à l’établissement de l’Ecole d’Alexandrie

par 
Type : texte imprimé, monographie
Auteur(s) :  Bailly, Jean Sylvain
Titre(s) :  Histoire de l’astronomie ancienne, depuis son origine jusqu’à l’établissement de l’Ecole d’Alexandrie [Texte imprimé]; par M. Bailly,… Seconde édition
Publication :  Paris : de Bure, fils aîné, 1781
Description matérielle :  XXIV-527 p. ; in-4
Sujet(s) :  Astronomie antique — Ouvrages avant 1800
Notice n° : FRBNF37264681      
Cote : NUMM-96108

Localisation : Bibliothèque nationale de France 

PDF
Dupuis Charles-François (1742-1809)

Mémoire explicatif du zodiaque chronologique et mythologique Dupuis Charles-François (1742-1809)

Type : monographie
Auteur(s) : Dupuis, Charles-François
Titre(s) : Mémoire explicatif du Zodiaque chronologique et mythologique, ouvrage contenant le tableau comparatif des maisons de la lune chez les différents peuples de l’orient et celui des plus anciennes observations qui s’y lient
Date d’édition : 1806
Cote : NUMM-75208
Localisation: Bibliothèque nationale de France
PDF

L’origine de tout les cultes

Type : texte imprimé, monographie
Auteur :  Dupuis, Charles-François (1742-1809)
Titre :  Origine de tous les cultes, ou Religion universelle [Texte imprimé] / par Dupuis,…
Edition :  Nouv. éd… avec une notice biographique sur la vie et les écrits de Dupuis, par M. P.-R. Auguis,…
Publication :  Paris : E. Babeuf, 1822
Description matérielle :  7 vol. ; in-8
Autre auteur :  Auguis, Pierre-René (1786-1846). Éditeur scientifiqueTitre alternatif : Religion universelle
Sujet :  Cultes Religions universelles
Notice n° : FRBNF30382961      
Sous-notice
Auteur(s) :  Auguis, Pierre-René (1786-1846)
Titre(s) :  Notice biographique sur la vie et les écrits de [Charles-François] Dupuis [Texte imprimé]
Cote : NUMM-61488
Localisation: Bibliothèque nationale de France
PDF

Constantin François de Chassebœuf Volney (1757-1820)

Philosophe de l’académie française
 

Œuvres complètes 

publié en 1843
Original issu de Université d’Oxford
Numérisé le 14 mars 2007
Tables des matières page 775

PDF

Divers

  • Platon : "Sauver les apparences"
  • Eudoxe et les "sphères homocentriques"
  • Ptolémée et les "épicycles"
  • Platon et l’Invisible
  • Les deux sciences physiques
  • Aristote et le "Premier moteur"
  • L’astrologie
  • La Grande Année

Réference principale: "Système du monde " Pierre Duhem 19ème siècle

Pierre Duhem ( 1861-1916)

Le système du monde : histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic,…
Type :
texte imprimé, monographie
Auteur : Pierre Duhem (1861-1916). Auteur du texte
Titre :  Le système du monde [Texte imprimé] : histoire des doctrines cosmologiques de Platon à Copernic / Pierre Duhem,…
Edition :  Nouv. éd. corrigée / par Olivier Digne
Publication :  Paris : Hermann, 1979-1988
Imprimeur / Fabricant :  53-Mayenne : Impr. de la Manutention
Description matérielle :  6 vol. : ill. ; 25 cm
Comprend :  1-2, La cosmologie hellénique ; 2, 4, L’astronomie latine au Moyen Age ; 4-5, La crue de l’aristotélisme ; 6, Le reflux de l’aristotélisme, les condamnations de 1277 ; 7, La physique parisienne au XIVe siècle
Note :  Index
Sujet :  Cosmologie antique
Indice Dewey :  523.109
ISBN 2-7056-5068-7 (vol. 1) (br.) : 285 F. – ISBN 2-7056-5761-4 (vol. 2). – ISBN 2-7056-5071-7 (vol. 4). – ISBN 2-7056-5073-2 (erroné). – ISBN 2-7056-6118-2 (vol. 7)
Notice n° : FRBNF35005408  
    

Ferdinand Hoefer ( 1811-1878)

Histoire de l’astronomie
Type : texte imprimé, monographie
Auteur :  Hoefer, Ferdinand
Titre :  Histoire de l’astronomie [Document électronique] : depuis ses origines jusqu’à nos jours / par Ferdinand Hoefer
Type de ressource électronique :  Données textuelles
Publication :  1995
Description matérielle :  631 p.
Reproduction :  Num. BNF de l’éd. de, Paris : Hachette, 1873 (Histoire universelle)

Sujet :  Astronomie — Histoire
Sous-sujet: Astrologie
Notice n° : FRBNF37284072      
Cote : NUMM-94933
Localisation: Bibliothèque nationale de France
PDF

Frédéric de Rougemont (1808-1876)

L’histoire de l’astronomie dans ses rapports avec la religion
Type :
texte imprimé, monographie
Auteur :  Rougemont, Frédéric de (1808-1876)
Titre :  L’histoire de l’astronomie dans ses rapports avec la religion [Document électronique] / par Frédéric de Rougemont
Type de ressource électronique :  Données textuelles
Publication :  1995
Description matérielle :  154 p.
Reproduction :  Num. BNF de l’éd. de, Paris : Librairie française et étrangère, 1865. 18 cm)

Sujet :  Astronomie — Aspect religieux — Histoire
Notice n° : FRBNF37250704      
Cote : NUMM-28751

Localisation: Bibliothèque nationale de France
PDF

2/4   3/4    4/4

 
 

Le calendrier Perse
Le calendrier Juif
Le calendrier essenien
Le calendrier grec antique

Agrandir. Carte générale des civilisations antiques
Carte générale des civilisations antiques

Agrandir. Vallée de l'Indus
Valée de l’Indus
Agrandir.Réseaux d'interactions en 3300-2800 av JC
Réseaux d’interactions en 3300-2800 avant J.C.
Les habitants de l’Indus, les Harappéens, importèrent  des minéraux vers les peuples d’Egypte et de la Mésopotamie. La quête d’un accès aux ressources minérales explique vraisemblablement sa grande extension.
Une de ces colonies, celle de  Shortugaï fondées en 2200 av JC, à plus de 1500 km de la vallée de l’Indus, assurait l’approvisionnement des métropoles en lapiz lazuli. Tel Lothal en Gujarat où un grand bassin rectangulaire pourrait avoir servi au mouillage des bateaux de commerce étant relié à la mer. Selon l’archéologue Survey

Agrandir.Lothal en Gujarat Inde reconstitution

Lothal en Gujarat Inde reconstitution

Les routes commerciales longeaient les chaînes montagneuses de l’Iran actuel où l’on a pu retrouver de nombreux sites attestant d’une civilisation évoluée et raffinée
Agrandir.Aratta point central entre la vallée de l'Indus et la Mésopotamie
Jiroft en Iran actuel est très certainement la légendaire "Aratta" point central entre la vallée de l’Indus et la Mésopotamie  Source
Découvertes archéologiques à Djiroft

Beaucoup d’objets retrouvé affichent des représentations d’athlètes ou de héros et d’animaux divers, le plus souvent aigles, bouquetins, scorpions, lions, serpents, chèvres, vaches. Ces représentations de la nature, d’animaux domestiques et d’humains, ajoutées à la découverte d’antiques grains de céréales, incitent les experts à penser que les gens du Halil roud menaient une vie citadine associée à des activités agricoles, pastorales, artisanales et artistiques….

Carte du site

Le plus vieux zigurat à été trouvé en ces lieux et date de 3500 avant J.C.
Cette civilisation date de 4500 à 3000 avant J.C.

 2/3  3/3

Principales villes de la Mésopotamie
La Mésopotamie

L'homme-scorpion et le bouc

L’homme-scorpion et le bouc sur la Lyre d’Ur(Ur 2650-2550 avant J.C.) Courts of university of Pennsylvania Museum

Lyre d'Ur 2650-2550 av JC
Lyre d’Ur

free hit counter

Publicités

Poster un commentaire

Littérature et biographie de 4000 à 600 av.J.C. 1ère partie

   _____________   Littérature et biographie de 4000 à 600 avant J.C.  _____________
________________________________________________________________
       

 
La Mésopotamie
Les sumériens et l’antique Babylone

La civilisation sumérienne est la première grande civilisation dont nous avons des preuves. Elle fut fondée entre l’Euphrate et le Tigre il Il y a 6000 ans…….

Chronologie du développement des sciences et des techniques en Mésopotamie et Egypte de 3000 à 625 av J.C.

L’origine de l’écriture cunéiforme 1  2  4 Vidéos. Plus
Démonstration avec de l’argile et par le dessin de la naissance de l’écriture cunéiforme. Super intéressant!


L’écriture cunéiforme c’est développée en passant du figuratif au symbolisme. Cette écriture a été utilisée pour différentes langues. Le sumérien et l’akkadien
pour la Mésopotamie, mais également pour l’élamite, l’hittite et l’Urartian (Arménie)
Quelques mots et leurs évolutions durant les millénaires
Britich Museum

L’invention de l’écriture Summérienne : système de notation ou language? par Jean-Jacques Glassner
PDF

Sources bibliothèques digitales.

Site en anglais. Le corpus des textes électroniques de la littérature sumérienne (ETCSL), un projet de l’université d’Oxford, comporte presque 400 compositions littéraires enregistrées qui viennent de Mésopotamie antique (Irak moderne)

Site en anglais. Catalogue des textes. Catalogue des signes cunéiformes. Recherche et édition de textes. Recherche dans le dictionnaire.

Les sceaux cylindres  +-3500 avant J.C.

Chronologie

Le Sceau-cylindre est apparu vers 3500 ans avant J.C.
Il est réalisé en pierres dures tel que calcaire, hématite, stéatite, marbre mais également en Lapis Lazuli, ambre, cristal…
Les motifs sont scisellés en négatifs de manière à laisser une empreinte sur l’argile en bas relief.


Dans la première période d’Uruk(3400-2900)

Les scènes représentées sont principalement animalières : taureau, chèvre, âne, lion. Egalement des représentations d’épis laissant penser à la sédentarisation des Sumériens. Des animaux fantastiques sont également représentés (réalité ou mythe?).


Dans la période des dynasties archaïques (2900-2340)
On trouve représenté l’arbre de vie ainsi que des scènes du héro Gilgamesh. Son apparition se fera vers 2600 avant J.C.

Dans la période d’Akkad (2340 av.J.C.)

Y sont représentées les différentes divinités du panthéon mésopotamien. (Voir le tableau çi-dessous)

Les divinités astralesSin, (Nanna, Lune), Shamash (Utu, Soleil) et Ishtar (Inanna, Vénus) sont représentés avec leurs symboles individuellement. Soit l’un, soit l’autre mais pas ensemble. Par contre elles peuvent participer à la scène de manière personnifiée. Dans l’empreinte (1) çi-contre on remarque un amas de sphères entre les deux personnages. Certains amateurs y ont vu le Soleil et les planètes tournant autour de lui, cependant la plus grosse sphère avec ses 6 pointes, n’est pas la représentation du Soleil car celui-ci déjà en cette période était représenté par 4 pointes et 4 rayons et se différenciait de Vénus qui en possédait 8. La reconnaissance des autres astres se fera plûstard. Vers 1500 av.J.C., 5 seront identifiés. Au 9ème siècle av. J.C. on les trouvent bien rangées, au nombre de 7 et semblent représenter la constellation des Pléiades (8)

Les divinités célestes: la triade Anu (An) le ciel, Ellil (Enlil)l’air ,l’admosphère, Ea (Enki) l’eau. Sont personnifiés ou symboliquement représentés. On retrouve principalement des scènes d’Ea (ex: la cruche d’eau)qui expliquent sont importance dans la fertilité, associé à Ishkur le dieu de l’orage représenté par le taureau (2)

Les autres divinités: Interviennent selon les scènes. On trouve par exemple Nisaba (Nidaba)déesse des récoltes, de l’écriture et de la purification (3) avec son symbole l’épi de céréale. Ces divinités mineurs sont identifiables grâce à leurs couronnes ne comportant qu’une rangée de cornes contrairement au divinités précédentes qui en possède 2 ou 3 selon leur importance. Autre une hiérarchie entre divinités ,il y a également un hérédité divine hiérarchisée. Chaque divinité transmet à ses enfants son attribut mais celui-ci étant de moindre importance par rapport à ses parents. C’est le cas ici avec Nidaba (la récolte) Ninlil (l’épi mûr) Ninurta (la charrue).

Dans la période paléo-babylonienne (2004-1595)

On retrouve le symbole de la sphère à 6 pointes mais qui cette fois est représentées 3 fois en différentes grandeurs et laisse penser qu’il s’agit d’étoiles ni plus ni moins.Ceci confirmé par la présence du symbole du Soleil et de la Lune.(4) Les symboles des divinités astrales représentés ensemble est également une nouveauté de cette période et deviennent plus symboliques encore que précédement puisqu’apparait le Soleil dans le creux de la Lune. Ceci n’a rien d’étonnant puisque l’écriture proto-élamite linéaire jusqu’ici utilisée étant une écriture figurative se transforme à cette période en une écriture cunéiforme, une écriture symbolique.(5) Ceci permet également de comprendre la signification des trois sphères (6) qui sont, nous le verrons par la suite, probablement une représentation symbolique de Anu, dieux des cieux (où se trouvent les astres) faisant partie de la triade céleste (voir plus haut) et qui ne participait pas aux affaires humaines et n’était donc pas représenté dans les scènes.


Dans la période kassite 
et médio assyrienne (1595-1080-911) 

Nous trouvons une grande quantité de kudurrus (voir plus bas) mais également des sceau-cylindre qui se différencie justement par leur mise en scène très "kuduru" avec des niveaux et beaucoup de symboles.
Je n’ai retrouvé qu’un Sceau-cylindre de la période assyrienne où l’on peut voir le nombre d’astres identifiés (les 5 sphères bien rangées) représentant Anu. On peut remarquer également que Shamash (Soleil) est représenté sous forme de disque ailé.(7) Ceci laisse penser à une influence Egyptienne.


Dans la période néo-assyrienne (911-609)

Les 7 astres sont finalement représentés (7sphères) (8). Ce symbole sera reproduit également sur des bas-relief, ce qui permet de penser que les sphères, à cette époque au nombre de 7, représentent symboliquement le dieu Anu. Observons les bas relief de cette période. On s’apperçoit que sont représentés la triade astrale Sîn, Shamash, Ishtar (Lune, Soleil, Vénus) et la triade céleste Enlil, Enki (Tiare, corne) (9) tel qu’elles l’étaient dans la période kassite(voir Kudurru). Sur le bas relief suivant (10) un élément vient s’ajouter, les sphères au nombre de 6. Ces sphères cottoyent donc la triade astrale et la triade céleste, Enlil, Enki (tiare, trident) et conduit à l’hypothèse qu’il s’agit d’une représentation de Anu.
Les périodes successives

N’ont rien laissé de particulier au niveau des sceaux cylindres ou des bas-reliefs. Les scènes sont davantage des scènes de combats ou de héros en rapport avec Gilgamesh. Très certainement l’usage du cunéiforme c’est plus largement développé grâce à Assurnasirpal, un des derniers grands rois assyriens (669-627 av.J.C.). Il créa une bibliothèque où il reccueilla l’ensemble des écrits en cunéiforme et en fit compiller de nouveaux dont beaucoup sont en rapport avec l’observation des astres (voir 2ème partie : les tablettes cunéiformes)

Le grain de sable dans le rouage:
Un nouveau sceau cylindre vient compromettre cette belle chronologie. Ce sceau date de la période akkadienne (2340 av. J.C.)et l’on peut voir 8 sphères bien alignées. Ceci signifie que déjà à l’époque archaïque la constellation des Pléiades était déjà identifiée.

Colon; Dominique, "First Impressions" 1987, 180 n°851
Un ensemble de 1000 sceaux cylindres à découvrir pour les passionnés.

Anthropomorfisme et aniconisme dans l’antiquité orientale
Explications sur les illustrations des sceaux-cylindres. Extraits de différents auteurs avec références.

Johanna H. Stuckey : Les déesses mésopotamiennes et plus particulièrement Inanna (Ishtar).
Un ensemble d’articles très interessant qui permettent de mieux identifier les divinités présentes sur les sceaux cylindres et leurs symboles.
Les Prostituées sacrées
Les déesses et Démons: quelques réflexions
Les déesses antiques
du grain de la Méditerranée orientale
Nin-Shata-Pada, Scribe et poète, et la princesse-prêtresse
Inanna, la descente au monde du dessous
Nin-Kasi: déesse mésopotamienne de la bière
Inanna et le "Mariage sacré"
Inanna, déesse de la "variété infinie"
2/6   3/6   4/6   5/6   6/6

Jastrow Morris, T. Clay Albert , Tice Paul;
The Epic of Gilgamesh  An Old Babylonian Version
Collaborateur Paul Tice
Publié par Book Tree, 2003
ISBN 1585092142, 9781585092147
112 pages
Partiel

de Laura Winckler
Ce mythe est un des plus anciens et des plus importants que nous aient légués les plus vieilles cultures. Son origine remonte à la préhistoire.

Les kudurrus 1595 avant J.C. 

Le kudurru, en akkadien "limite", est une stelle de don de terre en faveur d’une communauté ou d’une personne importante, il était très populaire durant la période kassite (1595-1155 avant J.C.). Le nom de cette période provient de cette tribu barbare des monts Zagros en Iran dont un des souverains profita de l’écrasante défaite de Babylonne par les hittites pour prendre le pouvoir.Ces stelles devinrent les témoins par les dieux de la divisions des terres entre nouveaux occupants.
 
Ces dieux sont représentés sous forme de symboles: Le texte juridique de ce kudurru est mutilé, mais, exceptionnellement, les quinze représentations divines encerclant le sommet de cette stèle portent une inscription les nommant. Cette association du texte et de l’image en fait un document capital pour notre connaissance de la mythologie mésopotamienne :

Illustration kuduru kassite 1125-1100Bnf

 Mythologie mésopotamienne

234567
On peut remarquer que ces symboles sont regroupés par niveaux

Cependant ces divinités peuvent se déplacer dans les différents niveaux. Ex: Enki représente le cycle de l’eau et de ce fait on pourra le retrouver, tel que ci-contre, sous l’image d’une tortue dans le niveau souterain.
 
Johanna H. Stuckey : Les déesses mésopotamiennes.
Un ensemble d’articles très interessant qui permettent de mieux identifier les divinités présentes sur différents supports
Dépôts sacrés et figurines de déesses
Omegas et Rombos: Les symboles de déesses de l’antique Mésopotamie et du Levant
Shaushka et Ain Dara: une déesse et son Temple
Kilili, la "Femme à la fenêtre"
"Inanna et l’arbre Huluppu": une façon de rétrograder une grande déesse
La mythologie mésopotamienne et les récits du déluge
par Pierre Cuvelier mars 2006
Sources: Jean Bottéro et Noah Kramer
PDF
Comparaisons début des religions mésopotamiennes et hébraiques par Marie-Eve Poulin
Un apperçu de ses travaux.

 
     
 
2/4      3/4      4/4
d’après Jean Bottéro
 

2/3    3/3

Sceaux-cylindre félinx au long cou période d'Uruk 3500 avant JC

Empreinte sceaux-cylindre félinx au long cou période d'Uruk 3500 avant JC

Empreinte du sceau-cylindre avec félins au long cou entrelassé période d’Uruk 3500 avant JC musée du Louvre

Sceau-cylindre du roi-prêtre époque d’Uruk 3200 avant J.C.

 

Empreinte d’un sceau-cylindre période akkadienne 2340 avant J.C.,Ninurta dieu mineur de l’agriculture (charrue). Ecriture proto-élamite linéaire.

Sceau-cylindre de Sharkalisharri époque d'Akkad 2340 avant J.C.musée du louvre
(2)
Sceau-cylindre de Sharkalisharri époque d’Akkad 2340 avant J.C.Ea (cruche d’eau) et Ishkur.Musée du louvre.Ecriture proto-élamite linéaire.
 

Sceau-cylindre Akkadien 2340 av.J.C.Nidaba déesse de l'orge et de l'écriture et la purification
(3)Empreinte d’un sceau-cylindre Akkadien 2340 av.J.C.Nidaba déesse des récoltes et probablement Ninlil sa fille à ses côtés(les épis) et Ninurta son fils (charrue) à l’extrême gauche. Musée de Bagdad

Sceau-cylindre en hématite paléo-babylonien 1900 av.J.C.
(4)Sceau-cylindre en hématite paléo-babylonien 1900 av.J.C. (étoiles autour du dragon ailé et Soleil et Lune entre l’homme et la divinité) les rosettes de Ishtar.

Sceau-cylindre période paléo-babylonienne 1900 av.J.C.Homme à l'envers
(5)Sceau-cylindre période paléo-babylonienne 1900 av.J.C.Homme à l’envers. Ecriture cunéiforme.

Sceau-cylindre Syrie 1800-1600 av.J.C.

(6)Sceau-cylindre Syrie 1800-1595 av.J.C. Anu (les trois sphères) et Ishtar (l’étoile)

Sceau-cylindre 1600-800 Ishtar et amblème de Marduk protecteur de Baylonne
(7)Sceau-cylindre Xème siècle av.J.C. Ishtar (lion aux pieds)et l’amblème de Marduk (Lance) protecteur de Baylonne. Anu
(5 sphères), Sîn (Lune),

Empreinte d'un sceau-cylindre néo-assyrien (911-609 av.J.C.)
(8)
Empreinte d’un sceau-cylindre néo-assyrien (900-888 av.J.C.) Amblème de Marduk (lance)et de Nabu(calame). Anu ( les 7 sphères: Soleil,Lune,Vénus, Mercure, Mars Jupiter, Saturne) , Sîn (Lune)

Stèle du Roi Assyrien Assur-nasir-pal II dans le temple de Ninurta à Kalhu (Nimrud) 9ème siècle av.J.C.
(9)Stèle du Roi Assyrien Assur-nasir-pal II dans le temple de Ninurta à Kalhu (Nimrud) 7ème siècle av.J.C.

Bas relief Assurnarsipal 9ème siècle

(10)Bas relief Assurnasirpal 7ème siècle av.J.C.

Kudurru du roi Meli-shipak 1186-1172 av. J.C.
Kudurru du roi Meli-Shipak (1186-1172 av. J.C.)
Suse, Iran
Site inconnu, Iraq
Calcaire noir
H. : 65 cm ; l. : 30 cm ; ép. : 19 cm
Fouilles de Jacques Morgan
Paris, musée du Louvre
, Sb 22
1. Lune, Vénus, Soleil
2. Les cieux: An, Enlil, Enki,
Ninhursag
3. Les guerriers:Ishtar, Zababa, Nergal
4. Les souverrains
5. Les fertiles: Adad, Shala, Ningirsu, Nusku, Papsukal
6. Les souterrains: …, 
Ningishzida, Scorpion

Kudurru de Meli-Shipak, roi de Babylone (1186-1172 av. J.-C.), commémorant un don de terre à sa fille Hunnubat-Nanaya
Calcaire gris foncé
H. : 83 cm ; l. : 42 cm ; ép. 28 cm
Epoque kassite, règne de Meli-Shipak (1186-1172 av. J.-C.)
Suse (Iran), butin de Mésopotamie, fouilles J. de Morgan
Paris, musée du Louvre, Sb 23
 

kudurru période Kassite 1125-1100 avant J.C.
kudurru période Kassite 1125-1100 avant J.C.
1. Vénus, Lune, Soleil
2. Les éléments
3. Guerrier, fertilité, souterrain
4. Autels
5. Ecriture cunéiforme
Illustration d'un Kudurru du roi Nabuchonosor
Illustration d’un kuduru du roi Nabuchodonosor Ier relatant sa campagne contre l’Élam et énumérant les récompenses attribuées à Shitti-Marduk, l’un de ses commandants de char. (1125-1104 avant JC)
Calcaire
H. : 65 cm ; l. : 21,5 cm ; ép. : 17 cm,
Dernier quart du XIIe siècle av. J.-C.,
Trouvé à Sippar (Abu Habba) en 1882,
British Museum, BM 90858

1.Ishtar, Sin, Shamash
2.Trois tiares pour An(cieux), Enlil(l’air) et Enki(l’eau)
3.Les souverrains: Marduk, Nabu, ….
4. Les guerriers: zababa, Nergal, Ninhursaq, Shuqamuna et Shumalia

5. Les fertiles :Gulu avec son chien, Ninurta.

6. Les souterrains: Adad,Tortue, Scorpion, lampe à huile

 

Erich Ebeling, Bruno Meissner, Reallexikon der Assyriologie vol 3
Publié par Walter de Gruyter, 1928

ISBN 311003705X, 9783110037050
Symboles p485

Jeremy A. Black, Anthony Green, Tessa Rickards, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia

Illustré par Tessa Rickards
Collaborateur Tessa Rickards
Publié par University of Texas Press, 1992
ISBN 0292707940, 9780292707948
192 pages

 

  

free hit counter 

 

Poster un commentaire

Littérature et biographie de 4000 à 600 av.J.C. 2ème partie

 
 _________   Littérature
et biographie de 4000 à 600 avant
J.C. 2ème partie _________
________________________________________________________________
       


Les
tablettes cunéiformes
Les
tablettes cunéiformes sont les
premiers supports qui ont permis de retranscrire les mythes et
les légendes du panthéon mésopotamien.
Comme nous l’avons vu précédement

l’usage du cunéiforme s’est plus largement
développé grâce à Assurnasirpal,
un des derniers grands rois assyriens (669-627 av.J.C.) qui
créa
une bibliothèque regroupant l’ensemble des
écrits en cunéiforme et en copiant et compillant
de
nouveaux dont
beaucoup sont en rapport avec l’observation des astres. Cependant nous
sommes encore loin d’une forme quelconque d’astrologie.
Jusqu’à cette époque les présages par
l’observation des astres étaient rudimentaires et
découlaient plus d’une espèce d’astromancie,
message des dieux aux hommes. Ce n’est que sur une longue
période que des ephémérides de la
Lune,  principale astre observé, ont pu
être
élaborés. Tous les visages de la Lune
étaient susceptibles d’indiquer un présage. Les
planètes ne sont pas encore positionées
sur le zodiaque mais ont une certaine importance lors de leur
conjonction avec la Lune. Cependant la plupart des constellations du
zodiaque étaient connues de ceux-ci et certaines de leurs
étoiles avaient une importance particulière.

Présages
et prévisions
par Serge Bret-Morel
Un
exposé de la situation de
l’époque. Pourquoi un présage ne peut
être considéré comme une
prédiction astrologique? Que peut-on considérer
comme les premières bases de l’astrologie ?


1000
avant J.C.

par Shepherd Simpson
Version anglaise

Tablette de Venus d’Ammizaduga Babylonienne

copie
de 800 av Jc de textes datant de 1646-1626 av Jc. Traduction de
Thompson musée britannique, Londres proposé par
Berger Simpson. Provient de la bibliothèque royale du Roi
assyrien Assurbanipal.
Version anglaise

 

Bibliothèque
d’Assurnasirpal 669-627 avant J.C.

Les tablettes
des magiciens et des astrologues de Ninive et
Babylone conservées au British
Museum par R. Campbell Thompson

Londres
: Luzac et Co., 1900 Le texte sémitique de Luzac et les
séries de traduction PJ3921.T54 Vol. 1 cop1 . Manuscrit

Londres
: Luzac et Co., 1900 Le texte sémitique et la traduction de
Luzac PJ3921.T54 Vol. 2 cop1. Manuscrit

 

Traduction de Thompson
musée britannique, Londres proposé par Berger
Simpson.
Provient de la
bibliothèque royale du Roi assyrien Assurbanipal .

Astrologie
babylonienne-Assyrienne 550 av Jc.

     http://dailymotion.alice.it/swf/k3KnpfXDPglprtCnsc&related=1
Babylone Secrete 1/3    
2/3     3/3
 

Ceux qui en parlent

Catherine Noizière
est une physicienne qui c’est reconvertie à
l’étude de l’histoire de l’astronomie dans
l’antiquité. Elle est accueillie depuis 1992 au laboratoire
d’Astrophysique de Grenoble.
 
Publié par Ginn (Boston), 1898
782 pages
PDF
Version Html
 
Jastrow Morris; The Study of Religion
Publié
par Adamant Media Corporation
ISBN 1421266814, 9781421266817
494
pages
Publié par Kessinger
Publishing, 2005
ISBN 1417973773, 9781417973774
468
pages
Partiel

Reiner
Erica; Astral Magic in Babylonia
Publié
par DIANE Publishing, 1995
ISBN 0871698544, 9780871698544
150
pages
Partiel

 

Rochberg
Francesca; Babylonian Horoscopes
Publié
par DIANE Publishing, 1998
ISBN
0871698811, 9780871698810
164 pages
Partiel

Rochberg
Francesca; The Heavenly Writing
Divination, Horoscopy, and Astronomy in Mesopotamian Culture
De
Publié par Cambridge University Press, 2004
ISBN
0521830109, 9780521830102
331 pages
Partiel

 

Bibliographie
contemporaine

Études des Constellations
Occidentales et 

des noms des étoiles dans la
période classique

par Gary D. Thompson.
Les constellations du temps des
sumériens, la formation du zodiaque et son
développement en Grèce.
 
Divers extraits d’articles
archéologiques avec références

 
 
 

Tablette circulaire "Les trois
étoiles" représentant un calendrier de
douze mois 1000 (700 ?) av J.C.

 

Comment la planète Vénus
apparaitra par moment à l’avenir.
Tablette de Vénus  Traduction

 

Tablette mulapin
babylonienne
667-629 av
J.C
 
    

En construction…

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

free hit counter

 

Poster un commentaire

Poster un commentaire

La Mésopotamie et les grecs


   ______________   Littérature et biographie de 600 à 400 av.J.C.  _____________
        ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 
 
1ère partie: La Mésopotamie et les  Grecs


Les peuples d'orient à partir de 500 av J.-C.

Les textes ci-après sont tirés en grande partie du livre "L’astrologie et la religion parmi les grecques et les romains" de Franz Cumont , éminent chercheur qui a consacré sa vie à l’étude des religions et a retracé le développement de l’astrologie affin de comprendre sont implication et son influence dans l’histoire antique des hommes. Il s’agit uniquement de passages du livre (indiqués par le numéro de la page) que j’ai traduit de l’anglais (seul ouvrage en ma possession que vous pouvez télécharger) et qui ne saurait remplacer le livre que je vous conseille de lire. Ce livre a été publié en 1912 . De ce fait certaines découvertes récentes n’y sont pas reprises. Je les ai donc ajoutées en fonction de ce qui a été porté à ma connaissance.
Le culte des étoiles


 Mésopotamie

(p11) En 539 avant J.-C., Babylone tombe aux mains des Perses conduit par Cyrus le Grand. Une tablette datant de 523 avant J.-C. nous montre l’étonnante avancée astronomique résultant du règne de Nabuchodonosor (Néo-Babylonien de 605-562 avant J.-C.).
Ici, pour la première fois, nous constatons les positions relatives du soleil et de la lune calculées à l’avance, nous les trouvons, notées avec leurs dates précises, les conjonctions de la lune et des planètes avec les autres planètes, et leurs situations dans les signes du zodiaque, qui  semblent
ici bel et bien établi, c’est à dire les éphémérides mensuelles du soleil et de la lune, les principaux phénomènes des planètes, et des éclipses.
(p12) Après des siècles de  descriptions empiriques, l’astronomie prend enfin la forme d’une véritable science.
À partir de ce moment de nombreux documents, maintenant déchiffrés, dont l’un des plus récent  appartient à l’an 8 avant JC, permettront de suivre son évolution sous la domination des Perses (
Cyrus le Grand : Achémides de 539 à 330 avant J.-C.) , des Macédoniens (Alexandre le Grand de 330 à 323) ( Séleucides de 312 à 141 avant J.-C.) et des Parthes (de 141 avant J.-C.à 224 après J.-C.). (Franz Cumont)

Le dernier document connu rédigé sur une tablette cunéiforme est astrologique et date de 67 après J.-C. Cette tablette fût retrouvée dans l’Esagil, temple principal du dieu Marduk, situé dans le quartier sacré de Babylone.

Grèce 500 av J.-C.


 La Grèce et la science des philosophes  wikipedia

Jusqu’à Thalès (625-547 av J.-C.) (p36) chaque cultes sidérals proprement dit étaient étranger aux Grecs et aux Romains. Pour eux, les constellations demeurent une masse d’étoiles anonymes et chaotiques et ils ne différencient pas les planètes des étoiles fixes. A cette époque, même le Soleil et la Lune qui sont considérés comme divinités, occupent une place secondaire dans la religion grecque. Sélène, une des personnifications de la Lune n’a pas obtenu partout des cultes organisés, et pour Hélios, la personnification du Soleil, peu de temples ont été érigés en son nom, comme par exemple dans l’île de Rhodes.

(p37)La population pré-hellénique à très probablement partagé le culte des étoiles comme en parle Aristophane (450/445-385 avant J.-C.) et probablement quelques réminiscences du naturalisme des tributs aryennes ont conduit ce peuple à considérer les étoiles comme des êtres vivants. Mais ce fût un choc pour la croyance populaire lorsque Anaxagore (500-428 avant J.-C.) prétendit qu’elles n’étaient que des corps dans un état incandescent. Bien que le peuple était plein de vénération pour les grands luminaires, aucun temple ne fût bâti pour eux et le culte de ces forces cosmiques a été supplanté par l’anthropomorphisme.

Dissertation sur la vie et la doctrine d’Anaxagore
de Charles-Marie Zévort
publié en 1843
Mode texte disponible

PDF


(p38) Depuis Homère ( Vème s. avant J.-C.), les dieux ne sont plus des représentants physiques mais bien moraux ou plutôt immoraux, ressemblant aux hommes dans leurs passions étant seulement supérieurs par leurs pouvoirs.

Dionysos, dieu du vin et de l'extase 500 avant J.-C.
Dionysos, dieu du vin et de l’extase 500 avant J.-C.

Les dieux se mêlent à la vie terrestre et adoptent les causes de leurs fidèles en prenant même part aux troubles des villes dont-ils sont les protecteurs officiels. Ces êtres immortels seront proches des héros guerriers et seront portés en exaltation par leurs représentations. L’esprit de la religion hellénique est profondément humain et par l’idéal esthétique des poètes et des artistes qui les ont façonné, ils s’opposent à la déification des corps célestes, lointains pouvoirs, dépourvu de sentiments et de formes plastiques.

Naissance d'Aphrodite Vème s av J.- C. détail du trône Ludovisi Musée des THermes de Rome

Naissance d’Aphrodite (Vénus) Vème s av J.- C.
détail du trône Ludovisi Musée des THermes à Rome

(p39)Cependant les astres étaient rattachés aux dieux olympiens, bien qu’Apollon pris la place d’Hélios comme représentant du Soleil, la matière brillante remplacée par la jeunesse radieuse, les philosophes ont toujours attribués une place d’honneur à ces luminaires dans leurs panthéons.
(Franz Cumont)


Les physiciens ioniens (1ère école des philosophes, celle de Thalès VIème s. avant J.-C.) dont son dernier représentant au Vème s. avant J.-C., Anaxagore , raniment et justifient les vieilles croyances naturalistes. Ils seront les premiers philosophes Grecs à disserter sur les éléments. Cependant comme nous l’avons vu précédemment la réalité physique allait créer une certaine scission entre la religion et la science de l’univers. L’étude des astres participera au développement de la métaphysique, la météorologie, la médecine, la physique et les mathématiques.

Dictionnaire des sciences philosophiques de Adolphe Franck Publié en 1844
Anaxagore, biographie courte et son approche sur les éléments
Mode texte disponible

PDF

L’histoire  

 Memo (Site d’histoire)

"Au VI e et au V e  siècle av. J.-C., la conception mythique et synthétique des choses cède la place à un mode de pensée analytique, qui ouvre une voie intellectuelle véritable. Les penseurs commencent à interpréter les mythes dans une perspective historique et à voir dans les aventures des dieux ou des héros de simples faits du passé, ce qui incite les cités et les grandes familles nobles à vouloir se rattacher à ces êtres fondateurs et à glorifier leurs exploits; il naîtra ainsi de multiples chroniques ou traditions orales, souvent locales, dans lesquelles le mythe et l’histoire se mêlent inextricablement.   …."

 Hérodote (484 -425 av J.C.) wikipedia

Biographie

Hérodote à été surnommé "le père de l’histoire" par Cicéron. Historien et explorateur, il nous a transmis les connaissances qu’il a recueilli au cours de ses voyages. On retrouve dans ses écrits des informations fort intéressantes sur les coutumes des peuples qu’il a rencontré, dont des renseignements précieux sur l’observation et le culte des astres.
Voici quelques extraits que vous pouvez consulter dans les traductions de ses manuscrits ci-joint.

Histoire d’Hérodote volume I
traduit du grec par Larcher ; avec des notes de Bochard, Wesseling, Scaliger.. [et al.]
Auteur : Hérodote (0484?-0420? av. J.-C.)
Éditeur : Charpentier (Paris)
Date d’édition : 1850
Contributeur : Larcher, Pierre-Henri (1726-1812). Traducteur
Contributeur : Bochard (18..-18..). Annotateur
Type : texte , monographie en plusieurs volumes
Langue : Français
Localisation:
Bibliothèque nationale de France
Table des matières p 467
Mode texte disponible

Volume II

PDF


Histoire d’Hérodote
traduction nouvelle avec une introduction et des notes par P. Giguet
Auteur : Hérodote (0484?-0420? av. J.-C.)
Éditeur : Hachette (Paris)
Date d’édition : 1913
Contributeur : Giguet, Pierre. Traducteur. Éditeur scientifique
Type : monographie imprimée
Langue : Français
Localisation:
Bibliothèque nationale de France
Index des noms et des choses p555

PDF

La physiologie et la médecine


 Diogène d’Apollonie (Ve s av J.-C.) wikipedia

Philosophe grec qui a essentiellement disserté sur l’air et fût le premier à donner une description du système veineux et artériel.

Oeuvres complètes d’Hippocrate traduction E. Littré 1839
Selon Diogène: C’est l’air qui est la cause de l’inteligence car il se répend à travers tout le corps par les veines.p18. 
Un rapport avec Mercure? les gémeaux?
Mode texte disponible

PDF

Manuel de philosophie ancienne De Charles Renouvier 1844
Diogène et son principe de l’air, considèrant l’air comme régulateurs des choses. p140.
Mode texte disponible

PDF

 Empédocle d’Agrigente (484-424 av J.-C.) wikipedia

Philosophe, physicien, médecin

La combinaison et les propriétés des quatre éléments déterminent la santé ainsi que les tempéraments (sanguin,  lymphatique,  flegmatique, bilieux) et les caractères (chaud, froid, humide, sec).

 Alcméon de Croton  (500av J.-C.) wikipedia

Philosophe, médecin, physiologiste et astronome.
Il étudie les sens en déterminant que:
-L’air permet l’odorat
-L’eau permet la vue
Les sens étant conduit au cerveau par ces éléments.

Il semble également avoir étudié les éclipses de la Lune et les mouvements des astres.

 Hippocrate (460-370 av J.-C.) wikipedia

Hippocrate descendrait d’une famille de médecins, les Asclépiades, qui remonterait au 8e s. av J.-C.
A l’époque les connaissances se transmettaient de père en fils, le fils épousant la profession du père.

L’observation de la nature avait permis d’établir quelques principes introduit par Thalès et ses successeurs dont les quatre éléments,  les quatre caractères et les quatre humeurs (ou tempéraments).
On peut voir chez Hippocrate son intérêt pour ces préceptes mais également pour les saisons ainsi que les climats et les vents qui sont relatif à la météorologie. Par contre on ne trouve pas de traces d’une quelconque forme d’étude des astres qui permettrait d’avancer un diagnostique médical.


Des airs, des eaux et des lieux: p 13
"Oeuvres complètes d’Hippocrate" vol 2 (numérisé)
traduit par E. Littré 
Edition: Paris : J.-B. Baillière, 1840


Il semble que le corpus d’Hippocrate à été diffusé dans deux directions différentes. D’une part vers l’occident et d’autre part vers les arabes. Cependant de ce Corpus Hippocratique seuls 9 textes sur 60 relevés sont concordant de part et d’autre.


Encyclopédie de l’Islam
De Union Academique Internationale 1980
Edition: Brill Archive 1980
Mode texte disponible

p155.(numérisé)


Il a été également déterminé que le Corpus hippocratique était de plusieurs auteurs (au moins 4) Celui que nous connaissons sera célèbre pour sa médecine. Seul les 9 textes retrouvés aussi bien en langue latine (occident) qu’en langue arabe lui sont attribués.
Dans les autres textes qui ont été traduit uniquement en arabe, on retrouve un Hippocrate médecin célèbre pour son alchimie et son astrologie. Il semble cependant que ce ne soit pas le même Hippocrate.

Ces confusions justifieraient peut-être certaines affirmations d’ auteurs qui semblent lui attribuer certaines citations qui malheureusement ne se retrouvent pas dans son corpus.

En voici un exemple:

Dans son livre "L’astrologie populaire" p 148, Pierre st-Yves (1937) nous cite un passage retrouvé dans le " Livre des propriétés des choses" de Barthelemy l’anglais ( XIIIème s) traduit en français par  Jean Corbichon (1485-1486), en parlant des humeurs.(1)

Il nous cite: "Et pourtant, dit Hippocrate au début des pronostiques, en parlant de la Lune, qu’il est une planète au ciel que le physicien doit regarder, de laquelle planète la prévoyance fait beaucoup à merveiller" il continue en citant Galien et poursuit "Et pour ce le bon et parfait physicien, selon la doctrine d’Hippocrate, doit regarder la prime Lune, quand elle est pleine, car adonc croissent les humeurs au corps et la moelle….."

La première partie nous indique un emplacement dans les pronostiques (ici le manuscrit d’Hippocrate traduit par E. Littré)
Je l’ai parcouru de long en large sans y trouver aucune allusion à la Lune.

Dans la deuxième partie il parle des humeurs (ici le manuscrit d’Hippocrate traduit par E. Littré).
Je n’ai pas vu traces de ce passage.

Nous pouvons nous rendre compte en parcourant les manuscrits, qu’Hippocrate était un fin observateur. Son art était tourné sur l’observation du corps humain, de ses changements et de ses manifestations. Ces observations lui permettaient de poser un diagnostique et contrairement à une prévision par les astres, Hippocrate explique au paragraphe 17 des humeurs, qu’il pouvait faire une prévision des vents et de la sécheresse par les maladies tout comme  l’inverse, les maladies pouvaient se révéler dans certaines conditions admosphériques. On peut donc juste dire qu’Hippocrate pouvait établir des prévisions par l’observation de la nature.

Si on retrouve dans son corpus une partie des bases de l’astrologie que nous connaissons aujourd’hui, nous ne devons pas voir en cela, une indication que l’astrologie était utilisé par Hippocrate pour pratiquer sa médecine . Tout comme la médecine, l’astrologie a trouvé son inspiration aux travers de concepts identiques provenant de l’observation de la nature. Ces bases  ont été développés en premier par les babyloniens et ensuite par les physiciens, premiers philosophes. 

Franz Cumont
Franz Cumont

Reproduction d’une  petite tablette n ° 77821
de la Période persane

Reproduction d'une petite tablette n ° 77821 de la Période persan

Liste des mois associés à chaque planètes et signes du zodiaque avec leurs parallèles modernes.

1

Mois

Étoiles

Signes du zodiaque

1

Nisannu

(kakkab) (amel) Agru….

Le manoeuvre

2

Airu

" Kakkab u (kakkab) Alap shame

L’étoile et le taureau du ciel

3

Simanu

" Re’u kinu shame u (kakkab) tu’ame rabuti

Le berger du ciel et les grands jumeaux

4

Duuzu

" AL.LUL. (shittu)…

La tortue

5

Abu

" Kalbu rabu ….

Le grand chien (Lion).

6

Ululu

" Shiru ….

Vierge à l’épi de maïs

7

Tashritum

" Zibanitum ….

….

8

Araḫ shamna

" Akrabu ….

Le Scorpion.

9

Kislimu

" PA.BIL.SAG ….

Enurta (le dieu).

10

Ṭebetum

" SUḪUR.MASH ….

Le  poissons-chèvre

11

Shabaṭu

" Gula ….

La grande étoile

12

Addaru

" DIL.GAN.u rikis nuni

L’étoile…et le banc de poissons

Source: SIDNEY SMITH, MA, et CJ GADD, MA, assistants au sein du Ministère

Mithra sacrifiant le taureau au centre du zodiaque à Sidon en Phénicie Vème s av JC
Mithra sacrifiant le taureau
au centre du zodiaque
du Mithraeum de Sidon,  Phénicie
Vème/IVème s. av J.-C.

Ce bas relief a été découvert en 1887 à Sidon en Phénicie. L’occupation Perse à cette époque a permis le déploiement des différentes cultures de la région et permis leurs mixités, cependant, déjà depuis Thalès au siècle précédant, beaucoup de Grecs se rendaient en Egypte et Phénicie pour recevoir les enseignements des prêtres.
Le style est très clairement inspiré de l’art Grec qui confirme les contacts établis entre les peuples orientaux et celui de la Grèce. La coiffe que porte Mithra est un bonnet phrygien, peuple d’Asie mineur (voir carte) . 

Mithra est entourée des signes du zodiaque, du Soleil et de la Lune ( en haut et centre) et des quatre saisons ( au quatre coins).
Ce bas-relief représente les principales connaissances qui ont été établies par les babyloniens au cours des siècles qui précèdent cette période.

Mithra est d’origine perse (Iran actuel) et on remarque ici des éléments qui lui sont liés:

Le corbeau, le griffon, le serpent, le chien.
En savoir plus

Hermès Ingenui, copie romaine d'un original grec du Ve siècle av. J.-C., musée Pio-Clementino, Vatican
Hermès (Mercure) Vème s. avant J.-C

             Les Dieux Grecs

           Gaïa
              l
         Ouranos
              l
 
Rhéa——–—-Cronos
                           l            
               
Zeus——-Héra
                           l     

 Aphrodite———Arès
 Aphrodite——Héphaïstos
                      ——-Léto
                           l
                      Apollon
                      Artémis
                      ——-Maïa
                           l
               
      Hermès
                      ——-Métis
                           l
                      
Athena
                
Héstia
                   l
            Zeus—Déméter
                                l
                 HadèsPerséphone

             Poséidon

Terre

Uranus


 
 
Jupiter
d
Vénus

e
Vesta

E
GR
Pluton

Neptune

Saturne
d

 
Junon
d
Mars
Vulcain
t
e
Soleil
Lune


Mercure

Pallas

Céres

 

 

Herodote
Hérodote

Quelques Extraits

Clio livre I

CXXXI. Voici les coutumes qu’observent, à ma connaissance, les Perses. Leur usage n’est pas d’élever aux dieux des statues, des temples, des autels; ils traitent au contraire d’insensés ceux qui le font c’est, à mon avis, parce qu’ils ne croient pas, comme les Grecs, que les dieux aient une forme humaine. Ils ont coutume de sacrifier à Jupiter sur le sommet des plus hautes montagnes, et donnent le nom de Jupiter à toute la circonférence du ciel. Ils font encore des sacrifices au Soleil à la Lune, à la Terre, au Feu, à l’Eau et aux Vents, et n’en offrent de tout temps qu’à ces divinités. Mais ils y ont joint dans la suite le culte de Vénus Céleste ou Uranie qu’ils ont emprunté des Assyriens et des Arabes. Les Assyriens donnent à Vénus le nom de Mytitta, les Arabes celui d’Alitta, et les Perses l’appellent Mitra.

Euterpe Livre II

CIX…… l’origine de la géométrie, qui a passé de ce pays en Grèce1.
A l’égard du gnomon2 du pôle, ou cadran solaire, et de la division du jour en douze parties, les Grecs les tiennent des Babyloniens.
1.Pamphile raconte que Thalès de Milet apprit la géométrie des Egyptiens et qu’il en apporta la connaissance en Grèce(Diogène Laerce livre I.)
2.Le gnomon était une colonne ou obélisque dont on mesurait l’ombre pour déterminer la position du soleil (Miot.)
3.Il parait, par ce passage, que, du temps d’Hérodote, le jour se partageait en douze parties cependant on ne peut en conclure qu’on donnait à ces douze parties le nom d’heures. On ignore à quelle époque on commença à
désigner par ce nom les diverses parties du jour. (Larcher)

Asklepios
Asklepios

Ile de Kos l'Asklépeion
Ile de Kos "l’Asklépeion"

Hippocrate Asclepius Kos
Hippocrate Asclepius Kos


Les Aphorismes, Hippocrate traduction arabe et syriaque (808-873)Paris, BnF
Les Aphorismes d’Hippocrate en arabe

Une Histoire de la médecine
de Valentin Daucourt
Les développements principaux de la médecine de l’antiquité jusqu’au 19ème siècle.

Hippocrate de Pierre Paul Rubens
Hippocrate de Pierre Paul Rubens

(1) J’ai cherché le passage dans les propriétés de la Lune P 263 et dans les humeurs p 76 mais je ne l’ai pas retrouvé.

Rappelons les connaissances à ce jour:

Astronomiques 
-Les points cardinaux d’où découlent les saisons sont déterminés par l’observation du Soleil
-La position des étoiles fixes regroupées en constellations et la détermination des signes du zodiaque.
-Les signes du zodiaque indiquant les mois de l’année sert de point de repère pour établir les saisons dans le temps.
-Les éphémérides

-Les planètes sont différenciées des étoiles fixes et nommés pour cela les errants.
-Un premier système de l’univers considérant que les astres pouvaient tourner à des distances différentes.
-l’obliquité de la terre

Astrologiques
-Il y a des prévisions au départ des éclipses de la Lune.
-Il y a des descriptions empiriques des phénomènes en rapport avec les conjonctions des planètes et des étoiles fixes principales des signes du zodiaque.

Naturalistes 

-Les quatre éléments: le Feu, la Terre, l’Air, l’Eau.
-Les quatre caractères : Chaud, froid, humide, sec
-Les quatre tempéraments : Sanguin, lymphatique, flegmatique, bilieux

free hit counter

Suivre…..
2ème partie: Les philosophes grecs

Tous droits réservés à Marie-Luce Piette

1 commentaire

Les philosophes grecs

A VENIRE

Poster un commentaire

Poster un commentaire