Archives de la catégorie Textes antiques

L’horoscope keplerien corrigé du comte Albrecht Von Wallenstein 1625

L’horoscope keplerien  corrigé

du comte Albrecht Von Wallenstein 1625

Kepler 1610

Johannes
Kepler 1610

Traduction de Enzo
Barillà et Lioba Kirfel

Article
paru dans la revue Ricerca
’90 n. 10 (avril 1992) e n. 11 (juillet 1992)

Traduction
française de la version italienne par Marie-Luce
Piette

avec l’aimable
collaboration de Serge Bret-Morel

Son site

*
* *

Albrecht Von Wallenstein

Albrecht
Von Wallenstein

Wikipedia biographie

Albrecht Von Wallenstein, est né le 14.9.1583 julien ( 24.9.1583 grégorien), il était le fils d’un petit aristocrate, pratiquement
ruiné, de la Bohême. Grâce à ses intelligence,
ambition, habileté militaire, et un bon mariage, il fût rapidement élevé à une haute position
auprès de la Cour de l’Empereur Matthias.
Déjà en 1608, condottiere à seulement 25 ans, il avait obtenu de Kepler qu’il lui fasse son thème natal (horoscope), plusieurs fois revu par lui et annoté de sa propre main. En 1624 il fut demandé à Keplerd’ériger un nouveau thème natal,qui tiendrait compte d’une heure de naissance plus précise.

En janvier 1625 le grand scientifique accepte et procède à une révision approfondie du premier thème natal. Nous présentons ci-après la traduction de la version revue en 1625. Nous avons retenu opportun de laisser inaltérés les termes latins, déjà présents dans l’édition allemande, respectant de cette façon la mise en page donnée par H.A. Strauss et Strauss-Kloebe dans leur Die
Astrologie des Johannes Kepler
, publié pour la première fois en 1926 et réimprimé à Fellbach (République Fédérale
d’Allemagne) en 1981.

Les annotations entre […] sont attenantes à la traduction française.

Horoscope Walenstein 1625

HOROSCOPE
DE WALLENSTEIN CORRIGÉ EN
1625

Interprétation de cette carte natale modifiée en 1625

(En 1624 Wallenstein réexpédie à Kepler le premier thème natal par le biais de Gerard von Taxis, en demandant de le rectifier. Il écrit ceci à Taxis:
« Puisque plusieurs choses ont été fixées soit trop tôt soit trop tard, je les ai écrites en marge quand elles se sont avérées; par conséquent il [Kepler] doit être sollicité pour son jugement, mais plus amplement que ce qu’il à fait jusqu’à présent ; je désirerais entendre de sa part s’il est possible que j’aie de la chance ou de la malchance dans les prochaines années, et si je devrai ou non continuer la guerre, et si j’aurai une rente, et enfin si la mort me cueillera dans ma patrie ou loin d’elle. Ceci parce que de nombreux mathématiciens [appellation des astrologues d’alors] viennent me trouver en disant que je devrai vivre loin de ma patrie et que j’y mourrai, et la plus grande partie de ceux-ci disent que je mourrai d’apoplexie, sur tout cela j’entendrai volontiers son discours. Je pense être à Vienne dans 15 jours. N.B.  Quelque soit la nation ou la profession de mes ennemis occultes ou publiques, car ceci est évident dans le Thème »)
Au temps du règne de Bohême, il y a plusieurs années, je préparais l’interprétation présente (mais sur ce fait je dois me souvenir) ; depuis cette période, je ne me suis plus consacréà l’interprétation d’une nativité, sinon dans certains cas où mon travail y était destiné, c’est à dire pour celui dont j’étais assuré qu’il comprenait la philosophie, ou au nom duquel [le demandeur]il lui aurait été demandé, donc qui ne serait lié à aucune superstition, qui pourrait contraster avec elle [la philosophie]. Superstition qui prétend que l’astrologue puisse prévoir des évènements futurs et futures contingences, tirés du ciel ; à ce sujet je me souviens très bien que le Dr Stromair, docteur en médecine, me demandant l’interprétation de cette nativité, me rassura sur ce point. Par la suite, je n’aurais jamais pensé que mon travail, par sa propre volonté, reviendrait dans mes mains pour plus de précisions.
Pour cette raison, dès maintenant, j’insiste pour que le commanditaire s’abstienne de prendre cette folle décision, de la rendre publique par le biais de monsieur Gerard von Taxis, et respecter mon nom et ma profession de philosophe, en espérant qu’il ne m’accuse pas de négligence ou de mépris. Toutefois, il trouvera malgré tout que dans mes calculs du thème, concernant les directions et révolutions, je ne me suis pas épargné de fatigue pour assurer les désirs du commanditaire des jugements astrologiques, quoique ceux-ci ne correspondent pas aux calculs (qui m’ont été rapporté par la demande de pronostics spécifiques) ; j’ai pris soin de recueillir des indices non seulement astrologiques mais aussi de l’environnement et de la politique pour le bien du natif de ce thème. J’ai souhaité examiner directement la lettre qui m’a été présentée par monsieur von Taxis, et d’écrire donc avec zèle et en étant plus concret.
Celui-ci écrit tout d’aborden date du 16 décembre à Vienne, que le natif a ajouté en marge du précédent Jugement, que de nombreux faits sont arrivés ; ce sont des évènements que je lui avais annoncés, mais décalés d’à peu près un an. Il est donc nécessaire de corriger l’heure de naissance pour pouvoir faire un discours plus approprié sur le thème natal.
Même si la route à suivre ne m’a pas été prescrite -comme il est d’usage auprès des astrologues- sur la manière de procéder pour corriger l’heure exacte de la naissance, après une attentive évaluation, je ne suis pas enclin à refuser une telle méthode quand un thème natal met en évidence des faits provoqués uniquement par la nature elle-même, et non par une intervention du natif pour encourager ou retarder certains évènements. Il semble que ce dernier [le natif] soit dans ce cas, même si c’est un cas rare, car qui de manière inconsciente n’intervient pas sur sa propre nature et son tempérament, par l’alimentation et la boisson désordonnées, par le chaud et le froid, par le travail, les voyages, le courroux et autres excès, provoquant ou empêchant ainsi les maladies qui ensuite tendent à le maintenir dans son propre état de santé  Et donc en soi et pour soi ce n’est pas toujours raisonnable de corriger un thème natal et j’espère avoir acquis, grâce à ma longue expérience, assez de réputation auprès du natif pour le prédisposer àcroire davantage à l’expérience d’un ancien qu’à un étudiant plus ou moins jeune avec sa persuasion juvénile, qui tend à recourir directement à la vieille manière de corriger un thème natal sur la base d’accidents, pour consoler rapidement le client lequel voudrait directement croire que ce moyen de procéder est naturel, alorsque les accidents sont contre nature et surnaturels, que leurs vérifications ne tiennent pas la route et ne rendent certain le jugement de l’astrologue.
Je voudrais reprendre maintenant un point de la précédente analyse (ou « interprétation »), c’est-à-dire literam Aa, et expliquer ce qui se trouvait dans la lettre de monsieur von Taxis.
Puisque le natif a ajouté de sa propre main sous litera Aa qu’il a eu la maladie hongroise et la peste durant l’année aetatis 22, c’est-à-dire en Janvier 1605, ceci est à considérer comme une impulsion naturelle, que la nature du corps a voulu se libérer de la mauvaise humidité, pour cela elle s’est exprimée avec la maladie hongroise ; on peut présumer ensuite que la direction de l’AS au corps de Saturne a induit cet évènement, puisque la nature prend ses modes et lois des directions.
Dans notre cas, trois des directions se concentrent dans une moitié de l’année ; la quatrième par contre, Ascendentis ad oppositum Solis [ l’Ascendant à l’opposé du Soleil], est dans l’année suivante, c’est une chose étrange. Mais Saturne est très typique de la maladie hongroise, et Mercure l’est particulièrement pour la peste ; par contre Jupiter, selon la science astrologique, est un bon intermédiaire entre les deux pôles.
Si on prend la moyenne, 359.30 degrés et l’ascension droite du Medii Coeli [Milieu du Ciel], à 269.20 degrés culminavit ergo s’élève donc le Sagittaire. Si ensuite la progression du Soleil est fixée à 21 jours 1/3 c’est-à-dire 21.7 degrés, la position du Soleil du jour et des minutes de la naissance 0.44 degrés ½ en Balance, alors la position du Soleil de direction devient 21°52 en Balance, ascension droite 200°12, déduit de 269°20, de l’heure de la naissance rectifiée : 69°08. Cela donne 4h36 min et demie. Ensuite la minute de naissance serait indiquée anticipée d’un quart d’heure et le vrai Medium Coeli du thème natal (69.08 ajouté à 180.44 de ce fait AR MC 249°52) atteindrait 11°25 Sagittaire. Le véritable Ascendant (Ascension oblique 339°52) serait à17° en Verseau, la position de la Lunae Radicis [Lune radicale] est à 7°10 en Capricorne, l’Ascendant exactement en carré à Vénus.
En ce qui concerne maintenant l’interprétation du thème natale rectifié en accord avec ma vision philosophique, celle-ci sera la même que la première, à part que les signes sont plus forts qu’auparavant, parce que s’ajoutent trois planètes à l’horoscope, et précisément par voie de l’opposition de Saturne, Jupiter à Mercure, ceci parce qu’ils se trouvent plus près de l’Angle oriental et occidental, ceci confirmant toutes mes explications faites précédemment dans le décret.
Ce qui se disait sous litera H (que la Lune est en exile) retenant les particularités du caractère personnel par le commanditaire, doit-être vu maintenant sous une lumière plus avantageuse. Puisque la Lune se déplace maintenant de la maison XII à la maison XI et Vénus s’impose au Cor Coeli [Cœur du Ciel], touchant par un carré l’Ascendant, ce qui fait que les coutumes, la conduite et les façons d’être en sociétéy trouvent (ou « en tirent »)un rajeunissement.
Pour en revenir à la lettre de monsieur von Taxis : celui-ci soutient que j’ai prédit différents évènements écrits en marge : mais ceci ne doit pas être entendu comme une indication sur l’état générale et de la santé à l’âge de 22 ans. Parce que comme on peut le lire sous litera Cc, j’ai fait cette interprétation pour la première fois en 1608, ce qui correspond à la 25ème année de vie ; cet incident s’était déjà vérifié avant.
Mais si auparavant, bien avant l’année 1605, j’avais écrit, utilisant les mêmes paroles que sous litera Aa, il aurait été dénué de sens d’annoncer en particulier la maladie hongroise et la peste. La raison : j’ai écrit seulement des généralités, alors que cet état de santé est spécifique, [prévision] que je n’aurais pu réaliser. Il est évident qu’après avoir vérifié l’évènement, il est facile de relier -comme je l’ai dit plus haut- la maladie hongroise à Saturne et la peste à Mercure. Mais avant l’évènement il n’y avait aucune raison que viennent précisément la maladie hongroise et la peste, parce que Saturne est attribué à beaucoup d’autres maladies, comme par exemple le paludisme ; à Mercure par contre, de fortes hémorragies et à la combinaison Jovis/Mercurii [Jupiter/Mercure] aussi la Corruptio Humorum [altération des humeurs], Putredines [Putréfaction], Pneumonie ou bien Morbus Gallicus [la Syphilis].
Je relève tout ceci seulement pour que le commanditaire s’enlève toutes illusions sur le fait qu’il est possible de prédire toutes les circonstances par le biais du ciel. Il est vrai qu’à travers le ciel ont peut déduire des circonstances célestes, mais pas terrestres ni précises ni individualisées ; au contraire, tous les évènements terrestres prennent leurs formes de causes terrestres, parce que chaque particularité a sa cause particulière.
Maintenant monsieur von Taxis annonce que les accidents précités se sont vérifiés une année plus tard ou même plus tôt, en attribuant l’unique cause au fait que le thème natal n’a pas été corrigé de manière juste, ce que j’ai du accepter pour l’accident ci-dessus mentionné de la  22ème année. Mais que cette façon de corriger le thème natal soit vraiment juste et correcte, et que l’on puisse faire un calcul aussi précis et rationnel, et aussi qu’il soit admis que la rectification est totalement correcte et adéquate et qu’ensuite tous les accidents se vérifieront dans l’année prévue, ceci serait demander trop à cet art. Bien que certaines périodessoient spécifiques sur le plan céleste et sont à déduire de l’étatdu ciel, on doit comprendre également ce que le ciel fait pourlui: comme je l’ai dit auparavant, le ciel est bien rarement et pratiquement jamais le seul [à agir], au contraire le natif et les autres qui sont en rapport avec lui[le natif], font beaucoup de choses et commencent à agir sur la propre volonté [du natif], chose qu’ils auraient pu tout aussi bien ne pas faire, ni même qu’ils ont été contraints par le ciel, et ceci fait qu’ils stimulent ou bien empêchent le « cas [astrologiquement]pure », c’est en  cela que ces personnes ne correspondent pas au temps, à la mesure et à la particularité célestes[en d’autres termes, les configurations astrologiques concernant le natif ne sont pas les seules à agir sur les proches …mais…le natif et ses proches s’influencent aussi mutuellement par leurs choix propres…].
Un exemple emprunt d’évidence est celui de la naissance elle-même, parce qu’elle est une chose tellement admirable que la nature cherche pour la mère une période précise pour accoucher, un moment qui est mis en lumière par le ciel et la nativité de la mère, cependant seulement si il est laissé à la nature la manière et le temps pour s’exprimer. Mais si la mère tombe des escaliers ou bien est touchée par un taureau, l’enfant peut naître à ce moment même si le temps céleste et la particularité ne sont pas présents. Pour cela il est pure folie de croire que de tels accidents qui sont tout au plus conséquents d’actions arbitraires de l’homme, seraient inscrits précisément et particulièrement dans certains déplacements célestes calculés et qu’ensuite ils puissent être prédits.
Les exemples qui me sont rapportés ne m’induisent pas en erreur ; ni les exemples qui sont cités des philosophes peu attentifs ou des puissants et historiens.
En plus monsieur von Taxis écrit en me demandant de bien vouloir approfondir la nativité de manière la plus détaillée possible. Pour cela, lorsque je l’aurai rectifiée, je développerai plus amplement mon discours.
Mais j’ai toujours repoussé cette demande qui concerne les circonstances terrestres ; il ne manque certainement pas aux astrologues des motifs pour reprocher aux gens leur curiosité ; mais si après une réflexion philosophique, je ne me tiens pas à cette règle, je me demande alors si il ne me sera pas demandé d’être utilisé justement comme un comédien, un bouffon ou un quelconque saltimbanque.
Il y a de nombreux jeunes astrologues qui s’amusent à un tel jeu et celui qui avec les yeux grands ouverts veut volontiers être trompé, subira alors leurs pressionset leurs passe-temps. La philosophie comme à sa suite également la véritable astrologie est un témoignage de l’œuvre de Dieu et est donc une chose sacrée à ne pas prendre à la légère, et donc pour ma part je n’ai pas l’intention de la déshonorer.
Pour ce qui est des circonstances célestes, je ne veux pas les ignorer, comme les Révolutions, Directions et Transits des années futures, et par là chercher et insérer les nombreuses particularités demandées.
Suite à la lettre de monsieur von Taxis une longue liste de demandes spécifiques, causées du fait que les autres astrologues ont déjà donné leurs propres opinions ou bien en ont donné un avant goût, c’est-à-dire : 1. Si le natif mourra d’Apoplexie. 2. Extra Patriam [En dehors de sa patrie]? 3. S’il acquerra en dehors de sa patrie services et biens. 4. Pour combien de temps devra se poursuivre l’activitéguerrière ? 5. Dans quelles terres devra se poursuivre le service militaire ? 6. Si il doit s’attendre à de bonnes ou mauvaises chances. 7. Si il aura des ennemis. 8. Quel genre d’ennemis ils seront ? 9. Sous quel signe ils seront logés ? 10. Si il est vrai selon le jugement des autres astrologues que ces gens, les Bohêmes, deviendront ses plus grands ennemis.
Je réponds à cela, comme à toutes les demandes, sérieusement comme je l’ai fait jusqu’à présent. L’homme érudit ou ignorant, Astrologue ou Philosophe, qui discutant sur de telles questions enlève le regard du libre arbitre du natif ou de son comportement et de ses qualités par rapport aux circonstances politiques et veut extraire l’entièreté seulement du ciel, comme si il n’y avait que constrictions ou inclinaisons et tendances, indique qu’il n’a véritablement jamais été à l’école et n’a jamais bien nettoyé la lueur de la raison que Dieu lui a allumé ; et si il réfléchi t avec application sur cette chose, il trouvera qu’il est bien insensé de discuter et aussi de poser ces questions. En ce qui me concerne, je remercie Dieu d’avoir pu étudier autant l’Astrologie au point d’être immunisé de ces fantaisies qui se trouvent souvent dans les livres des astrologues. Si le ciel était capable d’une telle chose, alors la seule nativité devrait dominer toutes celles de ceux qui contribuent à la chance du natif et ne devrait pas régner sur la seule nativité du natif prise en examen par l’astrologue qui ne peut connaître celle des autres personnes.
En ce qui concerne la première question, c’est-à-dire le genre de mort, la nature la considère une parmi tant d’autres ; mais j’ai déjà abordé plus haut les différentes façons en quoi une disposition naturelle peut être changée à travers diverses sortes de diètes et de comportements. Et donc évidemment, en Médecine sont attribuées à chaque planète, diverses et graves maladies. A ce sujet, les Astrologues portent leur attention à Mars en maison huit, à Vénus, maître de cette maison, et à leurs réceptions mutuelles. Puisque Mars signifie une mort violente et Vénus une mort naturelle, ils les mélangent et en font une apoplexie. Celle-ci est à moitié violente et moitié naturelle ; avec ça ils sont contents puisqu’ils ont de cette façon suivi  les règles de leurs patriarches. Mais si je demande maintenant pourquoi Domus Octava [la maison VIII] est retenue comme Domus Mortis [maison de la mort], la cause se trouvera dans les Directionem Planetarum in Octava ad Occasum [directions planétaires de la huitième [maison]au couchant]. Si bien qu’en cherchant maintenant Directionem Martis ad Septimam [direction de Mars à la septième [maison]], cela arrive, dans le thème rectifié, au cours de la 32ème année de vie, c’est-à-dire en 1615 (note: dans le précédent thème elle était fixée à la 39ème année). Maintenant, si Mars avait annoncé une attaque, il aurait déjà causéson effet. Si le natif mit en note qu’il a été malade justement en Septembre 1615, et qu’il a été sauvé de justesse, alors lui-même se souviendra de la maladie qu’il a eu ; la nature des planètes signifie chaleur et bile. Si tout par contre c’est déroulé de manière naturelle et la période naturelle de la maladie n’a pas été influencée par une mauvaise diète, alors c’est une autre preuve que cette nativité à été corrigée par moi correctement.
Ça n’aurait pas été infondé s’il y avait eu précédemment des vérifications préparatoires et si il avait eu également un âge beaucoup plus avancé ; à ce moment cette Directio Martis ad Septimam [direction de Mars à la septième [maison]] aurait pu faire qu’une attaque  se soit vérifié. Mais en soi Mars seul ne signifie pas une telle attaque.
L’autre significateur de mort, Vénus, est de nature froide et humide, ce qui pourrait
signifier cathares suffocants, même après qu’il se soit soumis à une diète ; il y a des exemples de jeunes gens de 16 ans ou même d’enfants de 2 ans, ayant eu une direction de l’Ascendant au corps de Vénus, qui ont été touchés de ce même cathare et son morts d’un coup. Mais même cette direction est déjà intervenue dans le courant de l’année 1624, car elle est arrivée à 40 ans et demi. Dans la figure précédente [l’horoscope non rectifié]cette direction est arrivée dans la 50ème année et je l’ai interprétée exclusivement dans le cadre d’autres circonstances et je ne l’ai pas rapportée à la constitution physique, comme j’aurais dû. Si en 1624 s’est vérifiée une constitution particulièrement humide et fluide, je ne le trouve pas noté en marge.
Si non, lorsque débute la goutte et qu’elle accable les hommes, il s’ensuit normalement l’apoplexie à un âge plus avancé même sans indication céleste, et bien que la plus naturelle soit la réponse à la première question. Autrement dit si les directions significatrices de mort sont passées, les autres directions non plus aucun poids dans la nativité. Des Révolutions nous en parlerons plus tard .
L’autre question, à savoir s’il mourra en terre étrangère, a été causée à mon avis seulement par les autres astrologues qui ont trouvé Mars et Vénus les significateurs de la mort « étrangère » (pérégrine) et demeurant dans leur « débilité ». Mais cette parole pérégrine est en Astrologie complètement vide et si il était argumenté que le significateur de mort pérégrine signifie mort en terre pérégrine alors il en serait de même pour une personne qui argumente en grammaire que Elephas est generis masculini, ergo in hoc genere nulla est femina [l’éléphant est du genre masculin, donc en soi il ne peut être une femelle]. De plus ce n’est pas une finalité pour les astrologues d’indiquer si quelqu’un meurt au lieu où il est né puisque ceci n’arrive pas facilement à quelqu’un, à l’exception des femmes et des paysans ou même les serfs de la glèbe ; mais quand le lieu exprime une malchance alors ceux-ci le retiennent comme digne de leurs recherches. L’Empereur Charles est né à Gand dans les Flandres et est décédé dans l’Escorial au couvant Saint Juste en Hispanie, qui pour ce motif n’est pas un lieu des plus malchanceux. Ce ne serait même pas étonnant que quelqu’un lui ait déjà prédit qu’il mourrait en dehors de sa patrie, car il n’y a que deux possibilités : ou en dedans ou en dehors [de sa patrie]. Si la devinette concerne le oui ou le non, alors on l’atteint de toute façon une fois sur deux et on se trompe pour l’autre moitié. On se souvient quand on gagne, comme le font les femmes, mais on oublie quand on se trompe, parce que cela n’a rien d’exceptionnel. De cette manière l’Astrologue maintient élevé son honneur. Je n’attribue pas beaucoup d’importance à cette question, qui pourrait être discutée avec grand effort, car quelle différence cela ferait-il que le natif meure à Budweiss ou bien à Freystatt, c’est-à-dire en Bohême ou bien en dehors ?
Mon opinion est pratiquement la même en ce qui concerne la troisième question, c’est-à-dire à propos des possessions ou services dans la patrie ou en dehors de celle-ci. Ici n’interviennent pas beaucoup le ciel ou la nativité pour celui qui est brave patriote et qui doit s’adapter à la volonté et à la condition de son Seigneur et Roi (ce qui ne découle pas de la nativité du natif), si bien qu’il peut facilement arriver qu’une classe noble doive secourir la cour. En particulier parce que le natif en ce moment est occupé dans des affaires de guerre, et il est alors important de savoir s’il y a besoin d’une armée en Bohême ou en dehors. Nous pouvons donc discuter de la cinquième question. Combien de temps il devra continuer son activité dans les armes (voir sub. 4), ceci ne peut pas être lu dans la nativité parce qu’on ne sait pas combien de temps durera la guerre ; si il y aura la paix, à ce moment le compte sera très vite fait : tous seront congédiés, même si le ciel ou l’Astrologue le disent différemment au natif. En plus même si la guerre se poursuit, c’est à la volonté du natif qu’appartient de continuer son occupation guerrière ou non. Et si le natif a connaissance de cette prémisse,dans ce cas il fait du tort à l’Astrologue s’il lui impose cette demande. La sixième question est plus formelle :  s’il peut espérer en une chance durable dans les affaires de guerre. Puisqu’il y a à ce propos un grand nombre de conjectures possibles, la question apparaît plutôt comme une réflexion. Même sur ce point je ne peux pas répondre autrement que généralement, c’est-à-dire qu’il y a d’heureuses directions du Milieu du Ciel au sextile de Vénus, au sextile de Saturne, au sextile de Jupiter, au trigone de Mercure entre la 40ème et le 45ème année de vie, directions qui dans la première version arrivaient entre la 47ème et la 52ème année. Pour cela je retiens comme raisonnable que le natif utilise sa dextérité et sa raison aussi bien à l’intérieur qu’en dehors de la guerre. Puisque, bien que ces planètes ne soient pas particulièrement celles de la guerre, il est tout de même connu qu’aujourd’hui les affaires de guerre sont devenues un monde tout à fait nouveau dans lequel on fait maintenant de nombreuses négociations, et de ce fait chaque planète trouve là sa propre manière et nature pour s’exprimer.
Les quatre autres points traitent des ennemis. Ici que l’on me permette de dire que j’avais précédemment bien deviné. Cela me fait penser que je l’ai dit encore plus précisément en notant que le natif est plein de superstitions et qu’il est sujet à interpréter une chose non comme elle lui a été dite, mais seulement comme il la devine plus ou moins. En tout cas je ne parlais pas de la chance aveugle ni comment il se serait procuré beaucoup d’ennemis, au contraire j’ai décrit la nature du natif, ses vertus et ses défauts. Sur cette base j’ai construit tout ce qui dans la politique se manifeste par l’expérience quotidienne, de cette façon il est noté que la qualité ci-dessus nommée provoque généralement des ennemis ; la magie, la superstition etc. rendent mécontents les ecclésiastiques et les juges. Il a été dit ensuite qu’ils seront embrouillés par lui, puis oppressés et pour finir ses semblables déclarés ennemis, non seulement que les grands seront escroqués même jusqu’aux souverains. Ce sera au natif même de juger si la description de sa nature correspond ou pas à la réalité. En ce qui concerne la prévision sur la provenance de ses ennemis je n’ai pas l’intention de déclarer quoi que ce soit, parce que cela serait sans motifs et fondements. Pour cela je me demande même si avec la précédente description je me suis procuré plus de déshonneurs que d’honneurs. Sans doute il arrivera le contraire de ce que j’avais prévu, parce que les mécontents de la Bohême ont fini misérablement et le natif, d’origine de Bohême expert dans l’art militaire a dû se mettre non aux côtés mais contre ces mécontents. Si donc ce fondement manque, indubitablement il n’aura pas à craindre ni d’ennemis ni de disgrâce de la part du Souverain de Bohême.
Pas nécessairement -comme ce fut prévu par un astrologue- que ces bohémiens devraient être ennemis ; puisque celui qui est bohémien et se comporte à l’intérieur du règne comme il est décrit précédemment, sera indubitablement connu et de toute façon haï surtout en Bohême.
Evidement le natif se reflète dans ma description et si cela doit être, alors il pourra arriver que des forces puissantes lui procurent des ennemis, même en dehors de la Bohême et jusqu’aux souverains, par des déclarations maléfiques.
Ce qui a induit d’autres astrologues à déclarer, en tenant compte de ces points, que le natif aurait eu des ennemis parmi ses compatriotes, je pense que c’est dû au fait que ceux-ci ont trouvé le Signum Bohemiae [Signe de la Bohême], c’est-à-dire le Lion, en septième maison hostile, parce que les anciens astrologues ont placé le règne de Bohême sous le signe du Lion. Et le natif, comme l’écrit monsieur von Taxis, tient en haute considération cette simple répartition des pays entre les différents signes. Mais l’idée que ceux-ci n’ont pas eu d’autres vrais motifs que d’avoir vu le signe distinct du lion avec la double queue me préoccupe énormément.Bien que Nagelius et d’autres personnes superstitieuses aient voulu en faire une hiéroglyphe divine, il doit les laisser faire et ne pas s’en préoccuper.
Pour le reste, les astrologues ont déduit un principe valable, celui de la naturelle attraction et aversion des âmes, dans la comparaison de deux nativités. Si maintenant j’observe la nativité de sa majesté le Roi de Bohême confrontée à la présente, je trouve la Lune de cette dernière en carré à Mars et Jupiter ; ainsi que le Soleil en opposition à Mars. Par contre le Soleil du Roi ici est en carré à Mars, ainsi que la Lune et le Fond du Ciel qui est ici en opposition à Saturne, cependant les degrés Ascendants sont indemnes pour chacun. De cela on pourrait déduire qu’entre les deux natifs il n’y a pas d’affinités particulières, au contraire il faut s’attendre à un grand nombre d’aversions. Le natif doit se rendre clairement compte que des temps et habitudes durs sont indiqués pour les soldats, et que lui-même aura peut-être expérimenté ; c’est-à-dire qu’il y a de mauvais ennemis qui ont des exigences tant que quelqu’un  possède quelque chose. Quand il n’y en a plus on cherche une source en celui qui a encore quelque chose ou bien qui a conquis quelque chose et on va rafler ce dernier. Vu que le natif appartient à une famille aisée, et bien qu’il se vante d’être bohême, ces temps désespérés vers la nation font qu’il n’y a pas de différences entre coupables et innocents aux yeux de tels rapaces et fanfarons [militaires]. Pour cela qu’il évite et s’oppose le plus possible à ces crimes et qu’il soit attentif à comment il sera dénoncé devant son Roi.
De semblables constellations contraires se trouvent aussi entre le thème du natif et celui de son excellence Ferdinand Ernest : en plus ici les ascendants sont en carré. Son Mars est à l’ascendant, sa Lune et son Saturne, en partie aussi son Soleil sont ici en carré à Mars. Maintenant, celui qui aurait plus de connaissances des circonstances dans lesquelles vit le natif, trouvera dans une telle comparaison bien des raisons pour introduire un ample discours politique, en fonction de comment chacun raisonne sur la politique : en particulier s’il avait l’intention de publier les horoscopes de ces même souverains, ce qui ne les réjouirait pas. Ceci est rapporté de manière à ce que le natif voit que même si du ciel on peut déduire tant de circonstances, tout ne peut être complètement déduit d’une simple nativité, mais comprenne que dans les horoscopes des chefs d’états, tous les membres de l’état qui sont plus généraux et universels, sont très importants, ce qui est à privilégier aussi selon l’enseignement astrologique. Le natif doit ensuite tenir compte du fait que si sa majesté était vaincue en guerre de Bohême, ou bien si par la suite avec ses fidèles compatriotes et rebelles, comprenant le natif lui-même, ils réussissaient à complètement changer le cadre politique, alors même l’actuelle richesse (qui apparaît dans les imposantes déclarations de monsieur von Taxis en son et pour son compte) ne serait pas basée seulement et uniquement sur sa nativité, mais au contraire aussi sur celles de ceux qui lui sont proches.
Avec ceci j’ai largement discuté sur les dix questions qui m’ont été posées et probablement aussi corrigé le thème natal. Je voudrais maintenant expliquer les circonstances, les directions, les révolutions et les transits pour un certain nombre d’années. Non que de ces circonstances célestes ainsi que terrestres très particulières -sujettes à la volonté de l’homme- on puisse déduire et interpréter des choses (sur cela j’exprime quelques réserves), mais au contraire seulement pour démontrer mon attention et pour inviter ceux qui veulent s’y soustraire, d’assumer leurs propres responsabilités.
En premier lieu je ne veux pas oublier qu’en négligeant la correction de l’heure de naissance, la direction du Soleil au corps de Mars tombe, selon ma méthode de directions, près de ce qui se rapproche plus de la nature de la 28ème année. Ensuite, dans la marge il est écrit que le natif durant l’année 1611 n’a pas été malade, mais qu’il a eu beaucoup de contrariétés et qu’il n’a pas été appelé pour des charges militaires, de cela j’en déduis, comme il a été nécessaire, que dans mon discours je me suis réservé de prédire de telles circonstances. Suit un appel à la guerre et aussi une maladie ne provenant pas seulement du ciel comme annoncé, et pour cela je ne m’émerveille pas que le natif durant l’année 1611 n’a reçu aucune charge de guerre parce qu’à ce moment là il n’y avait aucune guerre ouverte en Bohême où le natif aurait pu apprendre l’art militaire. Et bien que durant l’année 1611 le peuple de Passau s’est dirigé vers Prague, il n’y a eu aucune occasion pour avoir une charge de guerre, parce que dans de telles urgences on n’a pas besoin des plus ambitieux, mais au contraire des plus expérimentés. Pour le reste, après la correction, les directions des Milieu du Ciel et des Ascendants correspondent avec la 22ème et 23ème année comme indiqué ci-dessus en marge.
Il y a ensuite deux directions de la Lune que j’ai interprétées comme des intentions de mariage (bien que je ne me sois pas particulièrement rapporté au mariage). Maintenant le natif écrit en marge qu’il s’est marié en 1609. Je ne veux pas m’étendre sur le fait que cet évènement librement choisi, bien que lié à de nombreuses circonstances terrestres et politiques, soit obligatoirement à limiter aux temps célestes. En tous cas cette direction, après la correction, s’adapte mieux que précédemment à l’année 1609.
25 années et 2/3 sont passées. Si je prends maintenant le pas du Soleil de tous ces jours , il fait alors 25°26’ et si j’ajoute à la position du Soleil 0°44’ Balance, le lieu de direction du Soleil, on arrive à 26°10’ Balance et le Soleil se rapproche du corps de Mars. De même l’Ascension droite 204°16’ additionnée de 69°8’ font 273°24’ c’est-à-dire 3°08’ Capricorne. Ce dernier se trouve entre le carré du Soleil et la conjonction de la Lune, l’Ascension oblique vraie 3°24’= 8° Bélier correspondant au carré de la Lune en 1609 au début de l’année ; mais le Milieu du Ciel arrivera à la fin de l’année 1606 au carré du Soleil et durant l’année 1612 au corps de la Lune.
Le natif complimente ma description de la vie de son épouse d’alors ; ce compliment je le laisse aux autres astrologues pour autant que, moi, dans cette situation, je me suis comporté honnêtement. Il est vrai qu’il lui a été offert une occasion, c’est comme ça du moins que je l’ai compris ; en plus je lui ai conseillé un tel choix puisque tout ne se décide pas avec la nativité et pas plus avec sa propre volonté, au contraire même ici une nativité et une volonté lui étaient nécessaires comme contrepoids, ce que moi en vérité je n’ai pas pu ni voir ni savoir ; Ceci est donc un cas de chance qu’avec cet évènement, j’ai touché le sens, et ceci ne peut être pris comme exemple pour d’autres évènements particuliers similaires.
Plus loin en marge il est annoncé que le natif durant l’année 1620 à été malade et sur le point de mourir. Pour cette année, je ne trouve rien, pas plus après la correction du thème. Je le trouve au contraire pour l’année 1624, où se réalise l’opposition de la direction de l’Ascendant à Vénus. Peut-être le natif croit-il, comme on dit, que cette fois parbleu cela doit être sa planète qui a anticipé en 1624 de quelques années le flux des liquides superflus. Cela n’aurait pu être autre chose que la participation de la planète terrestre [natale] Mars et sans doute aussi de la planète terrestre [natale] Vénus, vu que le natif quand il écrit est déjà veuf et même en plein déroulement de la guerre en Bohême, et qu’il a été contraint de vivre à ciel ouvert, au chaud, au froid, dans la peur, avec une alimentation inappropriée, contrairement à ses habitudes. Le natif observe en plus ici que ce que j’ai dit au début est vrai, c’est-à-dire que les temps célestes ne peuvent pas correspondre de manière aussi précise aux évènements terrestres quand y sont ajoutées des choses terrestres.
Quant au reste, la direction de l’Ascendant en opposition à Mars dans le thème rectifié
coïncide avec la 39ème année.
Plus loin, le natif indique un autre mariage : cette fois encore c’est un acte de volonté, parce que les planètes terrestres de richesse -dans la mesure où il y a eu une bonne guerre rentable- et madame Pax, avec ses fausses consolations, sont les planètes du mariage.
Ceci, bien que la direction de l’Ascendant à l’opposition de Vénus tombe en vérité durant l’année 1624, qui ne se lie pas mal avec ce fait et plus encore pour l’année 1623 où la direction de l’Ascendant est en trigone à la Lune qui dans le précédent schéma était mise dans la 42ème année suivante.

Après quoi suit en premier, la révolution de l’année 1624 qui se vérifie en septembre.

Révolution solaire 1624

Cette révolution est particulière. Lorsque j’ai noté il y a longtemps que le Roi de France est lui aussi né en Septembre, le 15/25 [ ? deux dates importantes concerne François 1er, janvier 1515 où il est sacré Roi et février 1525 où il est fait prisonnier à Pavie] cette année il a eu une révolution semblable, je l’ai notée comme une information et un avertissement à de nombreux conseils impériaux et bavarois. Toutes les planètes à part la Lune sont en satellite   au ( proche du) Soleil. J’ai considéré dans mon pronostique l’importance de la conjonction de Jupiter et Mars et j’en ai déduit des décisions fortes et entêtées en dehors des causes de grandes pertes territoriales. Un facteur peut être venu de la fin de la maison (famille)Herrenalssisch et je ne sais pas ce qui a pu arriver d’autre sur le plan politique dans le règne.
L’autre se base selon moi jusqu’ici sur l’avancée de la ligue ennemie : mais s’il s’agit d’une perte dans le règne ou de terres héritées, de ceci personne ne sait ou ne veut le savoir. Il y aura un beau changement avec le thème radical [natal], avec le lieu de la Lune et le degré Ascendant. En plus la direction du Milieu du Ciel en sextile à Vénus est également favorable ; cette Lune occupe en révolution, son lieu en direction. Un puissant qui tient en aussi haute considération l’astrologie, comme le natif, et qui saurait tout cela, enverrait sans aucun doute un commandant avec une révolution aussi notable contre les actuels ennemis étrangers, même s’il devrait [au préalable] s’assurer de sa fidélité.
Dans le courant de ce mois, Mars reste stationnaire en opposition au Soleil, de ce fait il sera nécessaire de s’opposer à lui et de rester attentif à ne pas changer radicalement les décisions déjà prises. En somme : la guerre est en court, les armes sont sorties, maintenant plus que pendant les années de paix, il est possible de discuter de politique, s’il y a un bon politicien.

Révolution en septembre 1625

Révolution Solaire 1625

Saturne et Jupiter sont encore en satellite au (proche du) Soleil, mais Mars en opposition, au même lieu que Jupiter radical [natal], la Lune opposée à sa position radicale, Vénus au couchant du thème radical.
Cette révolution est également particulière, elle dispose de la même manière à des transactions importantes, mais dispose aussi à des obstacles gênants, comme si la Goutte enfermait quelqu’un et que de cette façon il ne puisse plus bouger.

Révolution en septembre 1626

Révolution Solaire 1626

Les bonnes directions déjà nommées ont débuté à la conclusion de la 43ème année (selon le thème rectifié) ; cette révolution s’insère assez bien dans le cadre. Puisque de nouveau toutes les planètes se trouvent proches du Soleil, Jupiter, Vénus et la Lune . Saturne avant le Soleil, Mars joint exactement au Soleil ! Il s’agit d’une révolution qui reflète le caractère du natif, parce que s’il arrive à accroître son autorité et son pouvoir sous forme d’argent et de biens, alors il arrivera sans aucun doute que le monde et un grand nombre de personnes en subissent un préjudice tel que cela lui apportera des ennemis, des résistances, des obstacles et sans aucun doute la Goutte pour cause d’amertume.

Révolution en septembre 1627

Révolution Solaire 1627

De nouveau le Soleil est en conjonction à Saturne, et toutes deux sont en sextiles à Jupiter, trigone platico avec [=dans l’orbe d’énergie de la planète] Mars en son lieu radical en opposition platico à la Lune [Mars en maison VIII comme au natale]. Bien que les directions, comme cela à déjà été dit, sont bien disposées, cette révolution est plus nuisible que bénéfique. Même si le natif devait réussir en toutes choses, il ne s’en contentera pas, mais se morfondra, sans parler du fait qu’il réveillera ses opposants. Malgré tout cela, la révolution est surprenante et prometteuse .

Révolution en septembre 1628

Révolution Solaire 1628

La bonne direction du Milieu du Ciel se rapproche par sextile de Jupiter. Toutefois cette révolution ne semble pas être la meilleure, parce que bien que chacune des fortes planètes Saturne et Mars sont proches, elles forment une conjonction désavantageuse et sont occidentales séparées de Jupiter sur le thème radicale. Le thème événementiel ne serait ni bon ni mauvais, Jupiter étant au lever, mais le reste de toutes les planètes et la Lune en huitième et neuvième [maisons].

[Révolution en septembre 1629]

Révolution Solaire 1629

Cette révolution est médiocre.

[Ce qui suit ne correspond pas à la révolution de 1628 ni 1629 mais au thème de Pleine Lune après la Révolution de 1629 érigée pour le 2/10/1629]
Le Soleil en carré à Mars prolonge la Goutte, en carré platico apporte honneur, également avec la Lune en sextile à Jupiter ; le carré de Saturne à Jupiter apporte des litiges, le thème évènementiel est souriant.
[Révolution 1629]
Jupiter au Milieu du Ciel est identique à l’Ascendant parce que les directions sont autour de fastes rayons de Jupiter [direction de l’Ascendant] et Vénus [direction du Soleil] radicaux.
Le 9 novembre Jupiter est en trigone au Soleil radical pendant que Saturne est au lieu de Mars en carré à Jupiter.

[Révolutions suivantes]

Révolution Solaire 1632Révolution Solaire 1634Transits mort de Wallenstein 1634

En regardant les révolutions des différentes années qui suivent, je ne trouve aucun évènement mis en évidence parce que les directions de la nativité rectifiée sont plutôt positives pour les années suivantes. J’en déduis que cet influx céleste (pour ne pas parler des causes terrestres) continuera en soi d’exister jusqu’à l’opposition de Saturne et Jupiter des années 1632 , 1633, 1634 qui au départ se rapproche du lieu de direction de Mercure à 23° duScorpion [Saturne est à ce point]. Mais durant l’année 1634 [Saturne] se présentera au carré du lieu de Saturne et de Jupiter radical (au natal Saturne conjoint à Jupiter) et au carré de Mercure radical [l’orbe est très large]  parce qu’au mois de mars (1), Mars est d’une part en carré et d’autre part en opposition aux Soleil, Vénus et Mercure formant une croix bizarre ; ceci rejoint mon pronostic de terribles désordres annoncés dans cette période, qui doivent se lier avec la chance du natif.
Parce que, les années qui se présentent plus tard ne provoquent encore aucune circonstance particulière et de ce fait je m’arrête là.
Et comme le natif ne semble pas très enthousiaste au sujet de l’astronomie, mais qu’avec les questions soulevées fait comprendre qu’il est fatigué de la lourde guerre, laquelle ruine le pays, et a l’intention de l’interrompre ; dans ce cas il est naturel que l’homme tente de s’occuper de passe temps astronomiques et philosophiques, surtout quand la Goutte dérange le sommeil et qu’il ne sait plus rien faire d’autre. Alors je lui souhaite de tout cœur une juste compréhension de l’astronomie, libre de toutes superstitions et d’amertumes, et je lui souhaite d’éprouver une partie du plaisir et de la joie que j’éprouve moi-même en m’occupant d’elle [l’astronomie]. A moi je souhaite au contraire un peu de son argent pour autant qu’il ne soit pas accompagné du soupire des pauvres.
Pour conclure le 21 janvier année 1625.(1) Wallenstein fût assassiné à Eger le 25 février 1634

Poster un commentaire

L’horoscope keplerien du comte Albrecht Von Wallenstein 1608


L’horoscope keplerien 

du comte Albrecht Von Wallenstein 1608


Kepler 1610

Johannes
Kepler 1610

Traduction de Enzo
Barillà et Lioba Kirfel

Article
paru dans la revue Ricerca
’90 n. 10 (avril 1992) e n. 11 (juillet 1992)

Traduction
française de la version italienne par Marie-Luce
Piette

avec l’aimable
collaboration de Serge Bret-Morel

Son site

* * *

Albrecht Von Wallenstein

Albrecht Von Wallenstein
Wikipedia biographie

Albrecht Von Wallenstein, est né le 14.9.1583, il était le fils d’un petit aristocrate, pratiquement ruiné, de la Bohême. Grâce à ses intelligence, ambition, habileté militaire, et un bon mariage, il fût rapidement élevé à une haute position auprès de la Cour de l’Empereur Matthias. Déjà en 1608, condottiere à seulement 25 ans, il avait obtenu de Kepler qu’il lui fasse son thème natal (horoscope), plusieurs fois revu par lui et annoté de sa propre main. En 1624 il fut demandé à Kepler d’ériger un nouveau thème natal, qui tiendrait compte d’une heure de naissance plus précise.

En janvier 1625 le grand scientifique accepte et procède à une révision approfondie du premier thème natal.

Nous présentons ci-après la traduction du texte du thème natal rédigé en allemand en 1608. Dans le prochain numéro de la revue suivra la traduction de la version revue en 1625. Nous avons retenu opportun de laisser inaltérés les termes latins, déjà présents dans l’édition allemande, respectant de cette façon la mise en page donnée par H.A. Strauss et Strauss-Kloebe dans leur Die Astrologie des Johannes Kepler, publié pour la première fois en 1926 et réimprimé à Fellbach (République Fédérale d’Allemagne) en 1981.

Les annotations entre […] sont attenantes à la traduction française.

Horoscope Walenstein 1608

Version
moderne image

HOROSCOPE
DE WALLENSTEIN ETABLI EN
1608

Horoscopium eretto da Ioannem Kepplerum

[Erection de l’horoscope par Johannes Kepler]

Brève explication de la carte céleste ici représentée (Wallenstein apporta personnellement au cours des années quelques annotations  à ce premier thème natal).

En astronomie ont traite donc des 7 planètes [astres visibles à l’œil nu] et du chemin qu’elles parcourent continuellement (divisé en 12 signes), mais les astrologues divisent [aussi] le ciel en 12 maisons, pour juger certaines choses qui leurs sont propres : et de ce fait on trouve le dixième degré du Verseau dans la première maison, celle de la vie, suivis de Saturne et Jupiter, les deux planètes majeures, unies dans le signe des Poissons ; dans la seconde maison [le signe] du Bélier, dans la troisième [le signe] du Taureau, dans la Quatrième [le signe]  des Gémeaux, dans laquelle se trouve le nœud lunaire appelé aussi Queue du Dragon. Dans la cinquième [maison] également [le signe] des Gémeaux, dans la même [le signe] du Cancer [il ne donne pas d’indications pour la sixième maison mais on peut en déduire qu’elle est occupée par le signe du Cancer]; dans la septième maison où l’on consulte des affaires concernant les questions de mariage, se trouve le dixième degré du Lion et suivi par Mercure en Vierge, qui brille en opposition à Saturne et Jupiter. Après lui se trouve le Soleil au début de la Balance, là le jour et la nuit deviennent égaux, pas très loin de l’opposition de Jovis [Jupiter]. Dans la huitième maison, celle de la mort, se trouve aussi la Balance et ensuite Mars à ses côtés, très loin de la Terre [Astronomiquement parlant si une planète extérieure se trouve conjointe au Soleil en système géocentrique, cette même planète se trouve en réalité en opposition à la Terre et donc de ce fait se trouve à la position la plus éloignée de celle-ci explication]; suivies de Vénus dans le Scorpion en trigone à Saturne et Jupiter. Dans la neuvième séjourne [le signe] du Scorpion, dans la dixième maison se trouve le huitième degré du Sagittaire et là le Caput Draconis [Tête du Dragon] ou nœud lunaire; dans la onzième toujours [le signe] du Sagittaire. A l’entrée de la douzième maison appelée également maison de la prison, se trouve la Lune au septième degré du Capricorne, en carré large au Soleil et sextile large avec Vénus.

Ceci est donc la description astronomique de cette carte céleste et l’interprétation du même Characterum.

De domino geniturae

[Dominante planétaire de la nativité]

Si je ne donnais pas également quelques données sur les planètes dominantes de cette nativité, on pourrait dire que je serais peu appliqué, cependant je ne le fais pas comme les autres astrologues (°). Et donc une chose admirable est que dans cette nativité trois voies complètement différentes par la force de chaque planètes, s’harmonisent et concordent entre elles. La première voie est celle des chaldéens et des arabes et n’a aucun fondement. Selon elle, ce serait le jour de Saturne et l’heure du Soleil. L’autre voie qui est plus appréciée par la majeur partie des astrologues, bien que j’ai peu de foi en elle, est celle-ci: puisque le début (Ascendant), le Soleil et la Lune se trouvent dans les trois signes Verseau, Balance et Capricorne, pour cela tous sont attribués à Saturne (°), c’est pourquoi les astrologues (°) font ici de Saturnum le Domino Geniturae [Saturne le Maître de la nativité], et lui donnent une aide par Jovem (°) [Jupiter], parce qu’il se trouve dans les Poissons qui  tout comme le Sagittaire qui se trouve dans le dixième et plus noble lieu du ciel, c’est à dire dans le Milieu du Ciel, sont considérés comme les signes de Jovis [Jupiter]. La troisième voie ne dit rien d’autre que ce sont les planètes qui se trouvent à une heure déterminée qui peuvent mieux se retrouver dans les coutumes et la nature de l’homme. Puisque Saturne et Jupiter sont dans la première maison que je considère en mode particulier, il demeure de ce fait que Saturne et Jupiter représentent la majeure partie [sont dominantes].

La signification générale de cette carte céleste

Puisque ce monsieur est né en temps, jour et heure annoncés, on peut dire en vérité que ce n’est pas une mauvaise nativité, au contraire il a des signes très importants [on ne pourrait pas traduire ce terme par bénéfique, il s’agit plus d’une notion de force, de qualité, de capacité]. En premier, conjunctionem magnam Saturni et Jovis [la majestueuse conjonction entre Saturne et Jupiter] en première maison. En second Mercurium et Solem en septième maison angulaire; en troisième le Soleil en pointe cardinali aequinoctii autumnalis [cardinale de l’équinoxe automnal]; en quatrième Martem très élevé et en compagnie du Soleil; en cinquième, quatre planètes avec conjonctions, oppositions, sextiles et trigones liés entre elles, c’est à dire Saturne, Jupiter, Mercure et Vénus; sesto (se trouve) locus conjunctionis magnae [le lieu de la grande conjonction ] de l’année 1603 qui a lieu dans le huitième degré du Sagittaire au Medio Coeli [Milieu du Ciel] de cette nativité; le futur lieu conjunctionis magnae [de la majestueuse conjonction] de l’année 1623 au couchant. Cependant celle-ci (la nativité) a aussi une grande ombre, la Lune est exilée dans la douzième maison; de ceci les autres astrologues établiront que celle-ci se trouve en Capricorne à son détriment ou en maison néfaste.

Les différentes significations

Les astrologues (°) ont pensé à la subdivision des susmentionnées 12 maisons pour pouvoir répondre de manière variée à tout ce que l’homme désire savoir [astrologie horaire] . Mais moi je retiens ce moyen impossible, superstitieux, divinatoire et une appendice des sortilèges (°) arabes, puisqu’on peut répondre par un oui ou un non à toutes les demandes qui viennent à l’esprit de l’homme et à toutes les heures même sans connaître son heure de naissance et ensuite voulant faire de l’astrologie (°) un oraculum [oracle] et par conséquent se fier à l’institution des esprits célestes (ou plutôt infernaux).

Puisque je n’ai normalement pas l’habitude de parcourir toutes les maisons ni de discuter des questions spéciales, on ne pourra pas m’inculper de négligence si par raison de point de vue je délaisse certains faits.

Même si dans l’explication suivante il peut sembler que je me fie au hasard et que je devine par chance ou circonstance, tout ce que je viens de dire doit être entendu en fonction de l’explication que je donnerai maintenant. C’est à dire en fonction de cette règle: que si un astrologue prédit des choses seulement et simplement du ciel en ne se basant pas sur le tempérament, sur l’âme, sur la raison, sur la force et sur la constitution de la personne qu’il doit rencontrer, que celui-ci ne se base pas sur un fondement, et si il y parvient c’est seulement grâce à la chance. Ceci parce que l’homme espère tout du ciel, mais le ciel est seulement le père, et qu’en plus il y a la mère, son âme propre; et comme aucun enfant n’est conçu en dehors du ventre de sa mère, même si il y avait 10 pères, on espère uniquement et en vain que la chance vienne d’en haut, même si on ne trouve aucune correspondance dans l’âme et dans le tempérament de l’homme. Au contraire si il y a une grande correspondance entre l’utérus et les semences masculines, il y a une plus forte tendance à ce que les forces cachées de l’âme soient en rapport aux configurations qui apparaissent dans le ciel; les premières viennent de ces dernières stimulations et à la naissance sont formées et structurées.

En ce sens je peux écrire de ce monsieur qu’en vérité il a une nature éveillée, joyeuse, appliquée, agitée, curieuse des nouveautés qui ne plait pas à la nature de l’homme commun; au contraire celui-ci cherche des moyens nouveaux jamais tentés ou d’une certaine manière étrange, mais les garde au fond de lui, ne les fait pas voir ni sentir à l’extérieur. Ceci parce que Saturne au levé crée des pensées profondes, mélancoliques et toujours attentives qui conduisent à une inclination vers l’alchimie, la magie, la sorcellerie, la communion avec les esprits, le mépris et le manque de respect pour les règles et coutumes humaines ainsi que de toutes les religions; il le rend suspicieux et suspecte tout ce que Dieu et les hommes font, comme si tout était un piège et comme si il y avait dans ce que l’on ne voit pas, de grandes différences avec ce qui paraît.

Et puisque la Lune est exilée, cette nature lui sera d’un grand désavantage et lui apportera mépris de ceux avec qui il aura à faire, c’est pourquoi il sera considéré comme un être solitaire qui craint la lumière. A l’extérieur ce sera de même: impitoyable, sans amour, ni frères ou compagne, ne respectant personne, dévot à soi-même et à ses instincts, dur avec ses subalternes, en tirant tout vers lui, avare, trompeur, inégal dans le comportement, souvent taciturne, souvent incontrôlable, même litigieux, intrépide, parce que le Soleil et Mars sont ensembles, quoique Saturne abime l’imagination au point qu’il a souvent des peurs inutiles.

Mais le meilleur dans cette nativité est que Jupiter suit et fait espérer que dans l’âge mûr la plus grande part des défauts s’affineront, de cette façon cette insolite nature sera capable d’accomplir de grandes et importantes choses.

Ensuite on peut noter en lui de grands désirs d’honneurs et des ambitions par dignités temporaires et par le pouvoir, pour ça il se fera beaucoup d’ennemis dangereux, publiques et occultes, mais en grande partie il les démasquera et les vaincra; en somme cette nativité a beaucoup en commun avec celle de l’ancien chancelier de Pologne, de la reine d’Angleterre et autres qui ont eu également beaucoup de planètes au levé ou au couché sur l’horizon. Pour cela je n’ai pas de doute qu’en faisant attention au cours des évènements, il obtiendra une haute dignité, richesse, et, lorsque ce sera le moment opportun, également un bon mariage.

Et puisque Mercure se trouve exactement en opposition à Jovis [Jupiter], il gagnera une grande réputation comme si il avait une magie particulière, qui fait qu’il attirera à lui une grande masse de popularité; ou bien fera en sorte que d’une foule mécontente il puisse être déclaré son chef dans la rébellion. Puisque conjunctio magna Saturni et Jovis in ascendente loco conjunctionem in angulis [la grande conjonction entre Saturne et Jupiter se trouve conjointe angulairement à l’ascendant], et Sol in loco oppositionis magnae [et le Soleil dans le lieu de l’opposition à la grande conjonction] de l’année 1613, ils occasionneront cette année-là, comme dans les précédentes et suivantes, si celui-ci vit encore, une concentration de multiples évènements horribles et cruels autour de sa personne, comme cela sera exposé plus tard et plus explicitement.

Des périodes diverses

La doctrinam directionum [la science des directions] exposée à ma manière mais d’une façon raisonnable, que j’ai déduite des autres plus communes, et qui est comme celles-ci mélangée. Après des calculs appliqués on trouve ( les mauvaises directions de la IIIème, VIIème et IXème années je les délaisse):

Aux âges de XI, XII et XIII ans il y aura une période agitée et peu agréable parce que l’Ascendant en trigone à Mars signifie voyage, la Lune en sextile à Saturne maladie externe mais aussi faveurs de la part de personnes âgées, Milieu du Ciel en carré à Saturne une infortune ou peut-être un mauvais traitement.

De XV à XX ans il y a de meilleures directions Lunae ad trinum Mercurii [de la Lune au trigone de Mercure], sextilem Jovis [au sextile de Jupiter], Medii Coeli ad quadratura Mercurii [du Milieu du Ciel en carré de Mercure) et Jovis [de Jupiter] (une certaine quantité de chose désagréables et des litiges avec des savants et professeurs) ainsi que ascend. ad trinum Veneris [l’Ascendant au trigone de Vénus).

Durant la XXIème année il y a une direction de l’ascendant au corps de Saturne très dangereuse mais aussi la Lune en carré à Mars duquel il se sortira de justesse. Il y a également dans cet horoscope (nativité) une conjunctio magna Saturni et Jovis in Medio Coeli [grande conjonction de Saturne et Jupiter au Milieu du Ciel], pour cette raison cette personne sera disposée et stimulée par de multiples affaires non rentables, de la même manière que seraient touchées des personnes communes (1).

Durant les XXIIIème et XXIVème années il a eu directionem ascendentis ad corpus Jovis et oppositum Mercurii [des directions de l’Ascendant au corps de Jupiter et opposé à Mercure], Lunae ad trinum Solis [de la Lune au trigone du Soleil], Medii Coeli ad sextilem Martis [du Milieu du Ciel au sextile de Mars]. Ceci a du améliorer la santé, ouvrir le tempérament et rendre disponible aux voyages, mais aussi aux litiges et finalement être amoureux; c’est vraiment là une bonne occasion pour un mariage riche et de rang.

L’année en cours et la prochaine ne seront pas particulièrement bonnes car le fougueux Mars cet été passera trois fois [par rétrogradation] le degré ascendant et apportera de nombreuses pensées agitées et enragées. L’année prochaine il ne sera pas épargné non plus par Saturne, surtout en mars,

juillet et décembre en grande partie à cause d’une direction Medii Coeli ad quadratura Solis [du Milieu du Ciel au carré du Soleil], ascendentis ad oppositum Solis [et de l’Ascendant à l’opposé du Soleil].

Ceci rendra ce monsieur têtu, belliqueux, irrespectueux, arrogant et téméraire; ces défauts pourront facilement le conduire à un dangereux litige avec ses supérieurs et avec d’autres autorités.

Durant la XXVIIIème année, 1611, une direction du Soleil se dirige vers Mars(°) et peu après se présenteront les fortes oppositiones Saturni e Jovis [oppositions de Saturne et Jupiter]. Probablement à ce moment il recevra un engagement de guerre ou un autre engagement élevé en politique. Mais il doit faire attention à ne pas devenir trop fougueux ou têtu, pour ne pas le payer de sa vie ou pour ne pas tomber souffrant d’une fulgurante maladie (2).

Pour l’année 1613 nous avons les données suivantes:  puisqu’il y a une mauvaise Révolution, qui d’ailleurs est conforme à la nativité d’origine, il y aura une grande confusion.

Durant la XXXIIIème année il y a la directio Medii Coeli ad Lunae corpus [direction du Milieu du Ciel au corps de la Lune]; celle-ci pourrait être l’occasion pour un bon mariage, si on voulait en profiter. Les astrologues (°) ajoutent habituellement que ce sera [avec] une veuve non belle mais cependant riche de serviteurs, immeubles, bestiaux et d’argent comptant. Moi je pense cependant qu’il préfèrera une dame pareille aux autres, même si ce n’est pas spécifié de la sorte par le Ciel parce que sa nature et sa tendance comptent plus qu’une étoile (3).

Durant la XXXVIIème année il y a de nouveau une faveur pour les femmes: directio Solis ad sextilem Lunae [direction du Soleil au sextile de la Lune].

Durant les XXXIXème et XLème années arrive une direction très dangereuse Ascendentis ad oppositum Martis [de l’Ascendant à l’ opposition de Mars]  en plus d’une  conjunctio magna Saturni et Jovis in cuspide domus septimae [grande conjonction de Saturne et Jupiter sur la cuspide de la septième maison]. Si les astrologues voyaient cette direction, Mars en maison VIII, portée pour la mort, ils diraient tous sans aucun doute qu’il arrivera un décès. Mais moi je l’interprète seulement dans le sens que dans cette période il [le Comte] sera téméraire et inconsidéré et se mettra facilement en danger soit par chute, saut, lutte, ou bien par excès d’avidité pour la nourriture et la boisson (4), et ensuite en danger de dysenterie ou de maladie vénérienne. S’il ne fait pas attention il sera difficile qu’il s’en sorte, mais même si il reste sur ses gardes il y aura malgré tout quelques signes.

Durant les XLIIème, XLIVème, XLVIème années il y aura une période de douceur et de bons rapports avec les femmes grâce aux bienveillantes directiones Ascendentis ad trinum Lunae, Medii Coeli ad sextilem Veneris [directions de l’Ascendant au trigone de la Lune, du Milieu du Ciel au sextile de Vénus], Solis ad Venerem [et du Soleil à Vénus].

De la XLVIIème à la LIIème années il y aura une volonté de commencer à augmenter les biens de manière notable, l’autorité et la réputation parce qu’il y aura Ascendens, Medium Coeli, Sol ad faustos radios Saturni, Jovis et Mercurii [l’Ascendant, le Milieu du Ciel, le Soleil en fastes rayons à Saturne, Jupiter et Mercure] ensuite ils donneront beaucoup d’aspects en si peu d’années, ce à quoi s’ajoute le dixième (aspect) qui sera précisément de la Lune en trigone à Mars.

En compensation il prendra cependant la Goutte aux pieds (étant de forte constitution et non sujet à beaucoup de maladies) (5).

Durant la LVIIème année la chance s’oppose un peu à la témérité, laquelle est stimulée par directio Medii Coeli ad quadratum Martis [la direction du Milieu du Ciel au carré de Mars], cependant il y a également la directio Asc. ad trinum Solis [direction de l’Ascendant au trigone du Soleil] qui  incite à une attitude arrogante et au gaspillage.

Durant la LIXème et la LXème années il aura de nouveau de belles et considérables directiones Medii Coeli ad trinum Solis, Lunae et Solis ad suos sextiles [directions du Milieu du Ciel au trigone du Soleil, et de la Lune et du Soleil à leurs propres sextiles].

Durant la LXVIIème année arrive Cauda Draconis in Ortum [se lève la queue du Dragon), et apporte les flux. Et tant bien que mal durant la LXIXème année la Lune arrive au trigone de Vénus et tonifie la nature, la directio Ascendentis ad quadratum Saturni [direction de l’Ascendant au carré de Saturne] se trouve bien prise dans la LXXème année devant la porte et que la Lune se rapproche de Saturne (°), de là je présume qu’il aura de la fièvre pour 4 jours ou un refroidissement qui, vu son âge, sera difficile à résorber, sauf s’il était déjà mort la XXVIIIème ou XLème année comme plus haut exposé.

“Vidit Deus omnia, quae fecit et ecce erant valde bona”. Gen. I

(°) En latin dans le texte.

(1) Close de Wallenstein: “Durant la XXIIème année j’ai eu la maladie hongroise et la peste, en Janvier 1605.”

(2) “Durant l’année 1611 je n’ai pas été malade et n’ai pas non plus été appelé pour un engagement de guerre , mais j’ai eu beaucoup de contrariétés. Durant l’année 1615 en septembre j’ai été malade et je m’en suis sorti de justesse. Peu de mois avant la maladie j’ai été promu à un poste de guerre.”

(3) “Durant l’année 1609, en Mai, je me suis marié avec une veuve, comme décrit ad vivum. Durant l’année 1614 le 23 Mars elle meurt et en 1623 le 9 Juin je me suis de nouveau marié avec une vierge.”

(4) “Durant l’année 1620, en Juillet, j’ai été malade et près de mourir  et je pense m’être rendu malade par la boisson ; cela semblait être aussi la maladie hongroise mais l’expérience et les soins des médecins (°) l’ont empêchée.”

(5) “J’ai eu la Goutte aux pieds en avril 1620, mais jusque là elle ne s’est pas montrée grave, et pratiquement sans douleur.”

Poster un commentaire

Jugements sur les parts de Albumasar

 

Jugements sur les parts de Abû Ma‘shar (IX s ap JC) Texte revu et corrigé

 

Texte arabe traduit et annoté en italien par Giuseppe Bezza

Le 8ème livre de « la grande introduction de la Science des jugements sur les étoiles » 

de Abû Ma‘shar est entièrement consacré aux parts, sahm, (pl. sihâm) ; sa première signification est « flèche », cfr. sahm al-râmî, la flèche de l’archer, qui indique la constellation du Sagittaire, mais qui signifie aussi part, portion, par analogie au grec klêros. Le livre se compose de 9 chapitres.

  1. La raison de l’extraction des parts.
  2. Sur l’origine des différentes parts et de leurs noms.
  3. Les Parts des sept planètes.
  4. Les Parts des douze lieux.
  5. Les Parts qui ne sont pas énumérées avec les sept planètes ni avec les douze lieux.
  6. Liste de toutes les parts qui sont au nombre de 97.
  7. Concomitance des parts dans un même lieu.
  8. Connaissance de la signification générale des parts.
  9. Connaître quelques significateurs des autres significateurs

Nous vous donnons ici la traduction du texte arabe des chapitres 1, 3, 7 et 8.

Le chapitre 4, traduit de la version byzantine, a été publié dans Arcana Mundi, II, pages 981-997 ; il abrège et résume le texte original en plusieurs points.

Le texte arabe a été publié en 1996 par Richard Joseph Lemay de l’Institut Universitaire Oriental de Naples ; il a aussi pourvu à l’édition critique des deux versions latines médiévales : celle de Jean de Séville et celle de Armand de Carinthie.

Les variantes des versions latines sont signalées, respectivement,  par les notes de Johannes et Hermanus.

 

 

 

 

 

8,1. Les raisons de l’extraction des parts.

 

Les anciens auteurs de la science astronomique (1) ont traité les parts de manière succincte et personne d’entre eux ne nous a précédé dans cet art qui nous décrit la force de ces parts par rapport au départ des actions et à leurs issues, par rapport à la naissance et à la révolution des années, que se soit au niveau généthliaque ou mondiale. Et la pratique de ces parts s’est tellement diffusée que lorsque quelqu’un veut considérer une cause particulière, comme par exemple les moyens de vie ou les conditions des frères, des parents et similaires, il n’observe pas la maison (bayt) pertinente et son maître, ni l’état des autres planètes en rapport avec elle, mais considère directement la part de cette maison, son lieu, son maître, et cela sur base de ce qu’exprime le jugement.

Hermès et tous les anciens, entre les perses, les babyloniens et les grecs, disent qu’il faut observer la maison (bayt) qui a signification sur la chose donnée, son maître (2), l’astre qui signifie la chose par sa propre nature et la part qui est en relation avec cette signification, son lieu en signe (burûj), l’état de son maître par rapport à elle, la conjonction des astres à la part, les aspects qu’elle reçoit, sa direction (tasiyyr) et son passage (intiqâl) de signe en signe. De cette manière, ils jugeaient les effets significatifs. Et nous retenons que ceci est le mode correct d’un jugement.

 

Quant à la nécessité de l’extraction des parts, cela est évident pour celui qui comprend la signification des astres (kawâkib) et cette extraction à deux raisons :

Premièrement :  lorsque les astres se rapprochent l’un de l’autre ou lorsque l’un d’eux est conjoint ou séparé de l’autre (3) d’une quantité d’un degré, ou moins ou plus, il se produit en eux un tempérament (mizâj) et une signification sur le bien ou le mal, qui sont différents de ceux montrés dans les temps plus anciens . Et cela se manifeste davantage quand nous sommes en face de deux planètes ayant signification sur une même chose en raison de leurs significations naturelles. C’est le cas du soleil et de Saturne, car tous deux ont une signification sur l’état du père. De ce fait, il est nécessaire de connaître la distance entre ces deux astres à chaque instant du temps (4) et de là pouvoir évaluer l’importance significative, des deux significateurs, leurs forces, leurs faiblesses à un instant donné du temps. C’est la raison pour laquelle les anciens extrayaient les parts.

 

La deuxième raison repose sur le fait que ce que les étoiles (al-nujûm) signifient peut être connu et traité de la conjonction de deux ou trois significateurs  sur une seule chose. Maintenant, il se peut que leurs significations soient similaires dans l’action de signifier ; il se peut aussi que pour une seule chose, il y ait deux significateurs, l’un nocturne et l’autre diurne ou que l’un de ceux-ci soit plus fort dans l’action de signifier que l’autre, ou que l’un de ceux-ci signifie le début et l’autre la fin. Néanmoins, et dans tous les cas,  leurs significations sont similaires. Pour cette raison l’extraction des parts et leur emploi sont nécessaires, et les anciens ont considéré vers quel significateur penche la part, et jugèrent sur cette base là.

 

Disons que la signification de la part est la connaissance de la distance entre deux significateurs qui signifient une même chose par signification naturelle, et sa présence en un lieu certain de la sphère. Donc, si ceci est la raison de la définition de la part, il est évident qu’il n’est pas possible de connaître le lieu s’il ne donne pas trois significateurs, dont deux sont naturels (5) et immobiles et le troisième en mouvement. Les deux significateurs naturels qui sont immobiles dans leurs significations expriment une signification sur la distance qui existe entre eux, puisqu’ils se partagent, en force de leur nature, la signification de cette chose. Maintenant, le significateurs de départ, dans le jour et dans la nuit, est le premier significateur et l’autre le second significateur. Quant au troisième significateur mobile, il est celui d’où se lancent les degrés. Ils dirent donc : pends  l’intervalle qu’il y a entre ceci et cette planète en signe, en degrés et minutes égaux, et lancez-le du degré naissant, ou d’un quelconque autre lieu ou astre, à raison de 30 degrés à chaque lieu (signe, burj) et là où il tombe, là est la part dans ses degrés et minutes.

 

Le motif, pour lequel ils lancèrent l’intervalle existant entre deux significateurs au départ de l’ascendant, repose sur deux raisons. Premièrement : le jugement sur une chose donnée veut que cela concerne le bien ou le mal, et peut être exprimé quand il y a exacte connaissance du lieu du significateur par rapport à l’ascendant. Maintenant, si la signification consiste dans la quantité de la distance qui existe entre les deux significateurs (immobile ou naturel), il est nécessaire que cette quantité soit lancée de l’ascendant pour savoir où il se trouve par rapport à l’ascendant. La deuxième raison est que l’ascendant est significateur des corps et des commencements : pour cela, il se lance de l’ascendant. Cependant, leurs projections peuvent aussi venir de l’une des maisons du cercle (6) ou d’une quelconque planète, pour autant que cette maison ou cette planète soient du même genre que cette part. Et puisque l’ascendant et les maisons du cercle d’où est lancée la distance bouge continuellement à chaque moment du temps, le troisième significateur a été nommé mobile (muntaqil) dans sa signification. Dans les parts, ils se servirent ensuite des degrés égaux. Et ceci ils le firent, parce que la planète bouge en cercle (dawra) sur l’axe de l’orbite des signes (falak al-burûj), en même temps qu’elle progresse dans l’orbite des signes (falak al-burûj).De la même manière, l’ascendant est calculé en degrés du cercle des signes, et les degrés du cercle des signes sont des degrés égaux. Si le praticien dit : la planète est dans un signe donné et dans un degré donné, et que de la même manière l’ascendant est dans un signe et degré donnés, tout ceci est considéré en degrés égaux qui constituent les degrés du cercle des signes et pour cela ils se sont servis dans les parts des degrés égaux. En outre, les degrés des ascensions sont les degrés du cercle qui embrassent (7) le cercle des signes et qui inclus le cercle des signes et les autres cercles ; et selon Ptolémée, entre l’axe du cercle que tous embrassent et l’axe du cercle des signes, il y a 23°51 minutes.

 

8,3. Les parts des sept planètes

Dans le chapitre précédant, nous avons déjà  présenté une vue détaillée des parts. Maintenant exposons l’ensemble de leurs seules significations. Il faut savoir qu’une part ne s’extrait pas si elle ne donne pas deux significateurs qui signifient une seule chose par signification naturelle. Maintenant, lorsqu’il y a deux planètes qui sont concordantes dans l’action de signifier une seule chose et égales dans l’action de bien agir (8), mais que l’une de celle-ci soit au moment donné plus forte que l’autre en fonction de sa hairesis, nous commencerons le calcul au moment où celle des deux planètes est plus forte à l’hairesis. Posons, à ce sujet, le Soleil et Saturne, qui ont comme point concordant la signification de la condition du père, et qui sont égaux par leur hairesis, étant donné que tous deux sont diurnes. Néanmoins, le Soleil est plus fort dans le jour et donc, dans l’extraction de la part du père, nous devons commencer dans le jour par le Soleil. Ensuite, s’il y a concordance dans la signification de la même chose, comme dans l’exemple donné précédemment, mais que l’un des astres est diurne et l’autre nocturne, nous commencerons dans le jour par celui diurne et dans la nuit par celui nocturne. Par exemple, le Soleil et la Lune sont concordants dans la signification du bien-être, et pourtant l’un des deux est diurne et l’autre nocturne. Donc, dans l’extraction de la part du bien-être, nous commencerons dans le jour par le Soleil qui est diurne et dans la nuit par la Lune qui est nocturne.

S’il arrive que l’une de celle-ci soit plus forte que l’autre dans la signification, on commencera, soit le jour, soit la nuit, par la plus forte. Si ensuite la signification était en condition égale aussi bien dans la maison (burj) que dans son maître, on commencera plutôt par le seigneur de la maison (burj) et on finira par les degrés de la maison : la maison en vérité est confortée dans sa signification par la signification de la planète et de la chose qui lui est inhérente ; On peut néanmoins initier à partir de la maison quand celle-ci a plus de force dans sa signification. Ensuite, ils entrent en coparticipation avec les « deux » significateurs, l’ascendant, le lieu du cercle donné ou les planètes données selon la nécessité.

 

Sahm al-qamar, sahm al-sa’ada-t
La part de la Lune qui est la part du bien-être

La première des parts est celle qui s’extrait du Soleil et de la Lune, du fait que le Soleil est la plus splendide des étoiles du ciel (al-falak) et qu’il est le luminaire du jour et du bonheur, son apparition fait naître le jour. Cela a une signification sur la vie physique, la suprématie, la gloire, les rois, l’empire, le règne, le domaine, la prudence, diverses possessions, choses précieuses, en somme tout ce qui a prestige et valeur ; cela représente la fortune des hommes dans l’honneur, l’autorité, le domaine et les modes les plus variés pour ce qui est des possessions. Quant à la Lune, elle est luminaire de la nuit et du bonheur, et détient la  signification sur les corps, sur les plantes et sur tout ce qui en cours de venue dans ce monde. Maintenant, puisque le Soleil est luminaire du jour et la Lune luminaire de la nuit, les anciens calculèrent cette part en commençant, du jour, dans la fortune diurne, laquelle est le Soleil, et finirent par la fortune nocturne, qui est la Lune, par degrés égaux ; de la nuit, de la Lune nocturne au Soleil diurne, et ensuite ajoutèrent à ces degrés ceux déjà résultant du lieu ascendant, ou du degré ascendant, par degrés égaux, et lancèrent ensuite ceux-ci du début du lieu naissant, donnant à chaque lieu 30 degrés. Et là où arrive le numéro, les anciens disent que là se situe cette part. Et si entre eux les luminaires se trouvaient à la même minute, cette part serait dans la minute qui naît.

Cette part est appelée part du bien-être, et cela signifie les mêmes choses que celles signifiées par les luminaires, mais les qualités particulières qu’elle signifie concerne l’âme(nafs), sa chance et sa vigueur, tant concernant la vie et ses corps, sa richesse et sa pauvreté, que l’or et l’argent, ce qui est agréable et difficile, la louange et la bonne renommée, l’exaltation qui naît de l’autorité, le soutien, le règne, le pouvoir, l’élévation et tout ce qui est désirable. Elle signifie entre autre ce qui est présent et ce qui est absent, ce qui est apparent et ce qui est caché, elle signifie aussi le secret (9), le début des actions et des intentions.

Cette part prime sur les autres parts à l’instar du Soleil qui prévaut en splendeur sur les étoiles ; elle est la plus haute et la plus noble d’entre les parts. De cette manière, comme entre les étoiles du ciel il n’en est pas une qui soit plus lumineuse, plus splendide, plus notée que lui, le soleil est unique dans ses conditions par rapport aux autres étoiles. C’est pourquoi quand sa disposition est bonne pour elle, pour sa condition, pour son lieu, elle signifie les bonnes fortunes ; ceux du règne, de l’autorité, des possessions et de ce qui est notoire, précieux et rare. Mais ces choses les hommes ne les obtiennent pas si, parmi eux,  il n’en n’est pas de favorisés qui, du fait de leurs propres conditions, dépassent les conditions des autres, et ces derniers sont ceux-là qui, dans leur propre nativité, ont les luminaires et la part de fortune en excellent et louable lieu.

Et cette part a pris le nom de part de la Lune et de son ascendant, et cette part est dite ascendant de la Lune, puisque les anciens affirmèrent que quand tu multiplies le temps parcouru de l’heure du jour par les parties horaires et donc quand tu lances le produit du lieu de la Lune par degrés égaux, tu tombes dans le lieu de la part du bien-être. Et nous avons essayé par l’expérience et avons trouvé que l’on tombe fréquemment près de ce lieu.

 

 

Sahm al-sams, sahm al-gayb
La part du Soleil, part de l’occulte (Nouveau)
 

Puisque l’altération œuvrée par les étoiles, par augmentation ou diminution de la substance, n’apparaît dans aucune chose, autant que l’altération œuvrée par le luminaire nocturne qui est la Lune et, étant donné qu’il n’y a aucune étoile du ciel qui signifie l’être ou la croissance de l’être, les anciens initieront à compter la part de l’occulte pour le jour de la lune au Soleil par degrés égaux,et pour la nuit du Soleil à la Lune, et ils ajoutèrent la somme obtenue à ce qui naît au début du lieu (burj) qui monte, c’est-à-dire à ses degrés et minutes, et ils le lancèrent du début du lieu ascendant donnant à chaque lieu trente degrés, et la dite part se trouve là où il rejoint le numéro.

Et cette part est appelée part de l’occulte, elle vient après la part du bien-être et de celle-ci provient  la signification qui concerne l’âme et le corps et leurs conditions et entre autres sur la ligne de conduite, sur la prophétie,  sur la vie pieuse,  sur les secrets, sur la pensée (fikra-t) et les intentions, sur les choses cachées et secrètes et sur tout ce qui est absent, sur l’humanité et la générosité, sur le chaud et le froid.

 

Cette part et la part du bien-être sont les plus remarquables de toutes les autres parts et leurs significations sont plus claires sur chaque chose absente ou présente, sur le commencement des actions ou des intentions, dans les révolutions des années du monde et des naissances. Et la signification de la part du bien-être est plus élevée dans le jour, et à celle-ci suit celle de la part de l’occulte, alors que dans la nuit la part de l’occulte a une signification plus claire et que, à celle-ci suit la part du bien-être.

Maintenant, en se référant de manière continue aux luminaires et aux étoiles qui errent de signe en signe, les temps changent et des altérations se produisent dans notre monde selon des proportions de chaud et de froid et autres genres de changements sur base desquels adviennent la vie et la perdition des vivants. De la même manière, puisque les parts sont extraites des degrés des deux luminaires ainsi que des planètes restantes, il en résulte qu’en vertu de leur migration de lieu en lieu, ces deux premières parts et les autres parts ont une signification sur le bien ou le mal ainsi que sur l’ampleur et la restriction, soit dans la naissance, soit dans la révolution des années, soit dans les débuts des actions, soit dans les interrogations. Et ces deux parts, du bien-être et de l’occulte, signifient les mêmes choses signifiées par les luminaires. Toutefois, certains maîtres de l’art avaient une opinion différente concernant les noms de ces parts, étant donné qu’ils appelaient la part du bien-être celle du Soleil et la part de l’occulte celle de la Lune.

 

Notes

  1. ashab sina’a-t al-nujum
  2. sahib
  3. al-uhui, lemay : al-sahib
  4. fi kull waqt min al-waqat
  5. tabi’iyy, naturel, indique ce qui est par nature ou par essence : les deux significateur naturels ont chacun une propre essence, qualité, tempérament, e cela exclus leur mobilité.
  6. min ba’d buyut al-falak
  7. muhit
  8. hayr,johannes lit hayyz
  9. damir
  10. hadd
  11. hadd, Johannes : numerus, Hermannus : numeri atque termini.
  12. sahm al-habar
  13. za’il, Johannes : remotus.
  14. Les parts de la pérégrination et de la substance se font du maître de la maison de la pérégrination ou de la substance aux degrés de la même maison. Pour cela, ces parts données peuvent avoir un ou deux significateur et non plus.
  15. hubut, Johannes : dans sa déclinaison

Glossaire:

de Marco Fumagalli de l’Associazione Cielo e Terra

 

Hairesis:

Est la condition diurne ou nocturne d’un astre, son appartenance à une des deux parties ou factions: celle du jour ou celle de la nuit; la concordance dans l’hairesis des planètes dominantes et le moment de la géniture (diurne ou nocturne) est fondamentale pour le jugement : les planètes qui respectent sa propre hairesis ( en géniture diurne, les diurnes et en géniture nocturne, les nocturnes) fonctionnent en mode meilleur, selon nature et justice; Celles qui ne respectent pas la propre hairesis fonctionnent en mode contraire, avec obstacles et difficultés. Le respect de l’Hairesis n’indique pas une meilleur force de la planète mais un meilleur mode pour fonctionner. Les autres conditions de respects pour l’haresis sont pour les diurnes, être au-dessus de l’horizon, avoir la lumière croissante et être en signe masculin, pour les nocturnes être en-dessous de l’horizon, avoir la lumière décroissante et être en signe féminin.

 

Traduction française Marie-Luce Piette ©

 

free hit counter

 

Poster un commentaire